/entertainment/radio
Navigation

Propos déplacés: c’est terminé pour Varda Etienne à Énergie 98,9

Varda Étienne
Photo d'archives Varda Étienne

Coup d'oeil sur cet article

Des propos jugés déplacés au sujet de la fusillade survenue à Las Vegas, tenus la semaine dernière, auront coûté le micro de Varda Etienne à Énergie 98,9.

La direction d’Énergie 98,9 a confirmé au journaldequebec.com, mercredi, qu’elle mettait fin à ses collaborations avec la chroniqueuse.

Vendredi, dans l’émission de Stéphane Gendron, elle a tenu des propos que la direction juge «inacceptables».

Les voici:

«Demain matin, quelqu’un me dit: “Varda, je t’offre d’aller faire de la radio à New York ou, peu importe, un état des États-Unis, je te donne 10 M$ par année, écoute, Ferrari fournie, le mansion à Beverly Hills” Je dis: Non merci! Ça ne m’intéresse pas! Non! Non! [...] Maintenant, c’est un cauchemar [les États-Unis]! Là, t’as quasiment le goût de dire: Regardez, je vais faire un crime juste pour avoir le droit de ne plus jamais mettre les pieds chez vous. Et ça va de pire en pire parce que justement, quand t’as un débile psychopathe, sociopathe à la tête du pays, lui qui dit: “Nonon, c’est bien correct!” Tsé, les manifestations qui sont faites jour après jour aux États-Unis, elles ont juste régressé. [...] Ce qui s’est passé à Vegas là, tsé Stéphane [Gendron], je suis une personne sensible hein, et pour une fois dans ma vie, j’ai été extrêmement froide face à cette situation-là et je me dis, écoute c’est méchant pis c’est grave, mais je me demande si les Américains ne le méritent pas. Parce que je me dis: combien de fois, après tous les massacres, toutes les fusillades aux États-Unis, ils ne comprennent pas! Je me dis: voyons! C’est comme une femme battue [...] j’ai beaucoup de compassion pour les femmes battues, mais après 92 volées, un moment donné tu te dis: Peut-être que je devrais m’en aller! [...] Qu’est-ce qu’ils ne comprennent pas?», s’est-elle exclamée à la fin de sa chronique vendredi.

Karen Paquet
Photo courtoisie
Karen Paquet

 

Au retour de la pause, la coanimatrice de Stéphane Gendron, Karen Paquet, avait toutefois tenu à revenir sur la déclaration de Varda pour faire une mise au point.

«Juste pour revenir sur la fin de la chronique de Varda, sur la fusillade à Las Vegas, les États-Unis ne méritaient absolument pas une fusillade qui allait tuer plus de 60 personnes et en blesser près de 600!», a-t-elle rectifié.

Stéphane Gendron
Photo courtoisie
Stéphane Gendron

 

«Personne ne méritait ça», a ensuite ajouté l’animateur.

Des propos qui font réagir

La déclaration de Varda Etienne a offensé certains animateurs qui ont dénoncé ses propos. C’est le cas notamment de Gilles Parent, Dominic Maurais et Catherine Gaudreault. Le Doc Mailloux a aussi réagi:

Varda Étienne
Photo courtoisie

 

Gilles Parent

Au FM93 dans Le Retour de Gilles Parent

«Elle parle et elle dit deux monstruosités quant à nous. Deux dans la même phrase! Premièrement, elle dit: “Sais-tu? Les Américains, à force d’être impérialistes et tout, finalement ce qui est arrivé à Vegas les 58 morts, 500 blessés, ils ont couru après! Ils le méritent!” C’est ce qu’elle dit. Après elle dit: “C’est comme les femmes battues! Un moment donné, quand ça fait plusieurs fois...” Non! Là, il y a deux choses qui sont inacceptables. Ce qu’on veut noter aujourd’hui ce n’est pas de l’acharnement. On veut montrer que ces choses-là, dites à la radio, si on plante les Américains, ça a l’air que ça passe! Moi, je trouve ça odieux. Je ne sais pas ce que Bell va penser du maire Gendron et de Mme Etienne, mais il faut que ça soit souligné. Il faut être juste! Quand on met en évidence une blague niaiseuse de Luc Lavoie qui est reprise sur le champ par ces deux collègues [...] pis qu’on compare ça aux propos que vous avez là, où est le Conseil du statut de la femme? pour dire: “Excusez, une femme battue ce n’est pas de sa faute. Elle ne veut pas ça.” Tu ne peux pas dire une affaire de même!»

Varda Étienne
Photo courtoisie

 

Dominic Maurais

Au 98,1 FM CHOI Radio X dans Maurais Live

«Ça me fait penser un peu à ce que Claudette Samson du Soleil avait écrit. Je ne sais pas si on s’en souvient? Je pense que Jeff [Fillion] s’en souvient. [...] À la suite de l’attentat du 11 septembre. Les Américains étaient les artisans de leur propre malheur. Je me souviens très bien de cette manchette-là. Elle [Varda] parle du massacre le plus important de l’histoire des États-Unis. Des gens sans défense, innocents, qui assistaient à un show de country, qui ont été fusillés par un christie de fou, avec un arsenal sans génie. Est-ce qu’il y a un problème avec les armes aux États-Unis? Oui! Ça, j’en conviens. C’est évident. Ce n’est plus des armes de chasse, joual vert! Tu peux quasiment chasser le taliban avec ça! Tu peux renverser un gouvernement avec ces armes-là! Ce n’est pas compliqué! C’est complètement débile. Là n’est pas le point! Le point c’est de trouver ça, d’être froid devant la tragédie.»

«Comme une femme battue? Les Américains le méritent? Est-ce qu’ils méritent ça? [...] Des innocents, qui se sont fait fusiller sauvagement. Qui mérite ça? [...] Personne!»

«Gendron aurait dû lui dire: “Hey! Qu’est-ce que tu dis là?”»

«C’est dégoûtant ce qu’on a entendu!»

Varda Étienne
Photo d'archives Joël Lemay

 

Doc Mailloux

Au 106,9 FM dans Que La Mauricie se Lève

«Il va falloir défendre Varda Etienne de la même façon que j’ai défendu Luc Lavoie. Varda a le droit de tenir des propos choquants, offensants, mal dégrossis. Elle n’a pas terni la réputation de personne et elle n’a pas incité à la haine. Donc, elle est protégée par la charte des droits et libertés de notre pays!»

«Ne serait-ce que de la charte, je ne serais plus en ondes ça ferait longtemps. [...] C’est ce qui nous différencie de Cuba et la Corée du Nord!»

«Si on lui demandait tranquillement de s’expliquer, appelez là! Demandez-lui! Écoute, elle a soulevé le point en filigrane, est-ce qu’il est possible qu’elle s’interrogeait sur la possibilité que les Américains jusqu’à un certain point, ne seraient pas artisans de leur malheur? C’est une question qui peut se poser! C’est une question dont on peut débattre!»

«Qu’est-ce qu’elle a voulu dire avec l’histoire des femmes battues? Je ne le sais pas! C’est un peu télescopé! Écoute, c’est Varda Etienne! C’est notre seule chroniqueuse noire au Québec! Ne tirons pas trop vite à boulet rompu sur elle!»

 

Catherine Gaudreault

Au 106,9 FM dans Que La Mauricie se Lève

«Moi je trouve ça épouvantable.»

«Là, ce qu’on va vous faire entendre, ce n’est pas chic, je vous le dis! Autant on a pu dénoncer les propos de Luc Lavoie la semaine dernière, je pense que ce qu’on va vous faire entendre, c’est pire que ce qui a été dit sur les ondes de LCN.»

«Comment ça se fait que ce ne soit pas plus condamné que ce l’est? On a le droit de trouver que Luc Lavoie, ses propos étaient inacceptables, et je maintiens que sa joke était zéro drôle. Ça ne se disait pas sur les ondes d’une télévision généraliste. [...] C’était quoi cette imbécillité-là? Les Américains méritaient de se faire tirer dessus? Je pense que Varda Etienne, on devrait arrêter d’aller chercher ses commentaires. Je pense qu’on est rendus à prendre ses pilules dans l’ordre. J’pense qu’on est là! Ça ne se dit pas et en plus, elle ose dire: “J’ai beaucoup de respect pour les femmes battues” ! Ben non parce que tu viens exactement de dire le contraire alors vas te démêler dans ta tête parce que ce qu’elle vient de dire, ça mérite une sanction!»