/news/politics
Navigation

Un novice aux Transports, les poids lourds restent

Philippe Couillard porte à 30 son nombre de ministres

Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.
Photo Didier Debusschère Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard a choisi un novice, André Fortin, pour piloter les Transports, mais le noyau dur de son gouvernement a été épargné par le remaniement qui gonfle à 30 soldats le peloton ministériel.

Gaétan Barrette, le ministre le plus connu et le plus mal-aimé de l’équipe libérale, restera en poste alors que le premier ministre a pris la défense de son bilan. « Il reste beaucoup à faire, mais nous sommes sur la bonne voie », a dit Philippe Couillard, mercredi, en annonçant son nouveau Conseil des ministres.

Parmi les portefeuilles les plus importants, il n’y a que le Conseil du trésor qui a changé de titulaire : le vétéran Pierre Arcand obtient le siège de Pierre Moreau, qui saisit le poste de M. Arcand aux Ressources naturelles. « C’est un déplacement », a indiqué M. Moreau. Malgré ses difficultés, Stéphanie Vallée se maintient de son côté comme ministre de la Justice.

Seule grande surprise du remaniement, le jeune André Fortin, 35 ans, prendra le volant du bolide des Transports. La chaussée est glissante : d’ici samedi, le député de Pontiac devra gérer l’ultimatum d’Uber qui menace de quitter le Québec alors qu’au même moment, le ministère des Transports (MTQ) est critiqué pour confier la gestion des extras au privé.

Les élections de 2018

Avec ce remodelage, M. Couillard se prépare aux élections générales de 2018. Dans son discours, il a promis un comité ministériel sur la conciliation travail-famille et une politique gouvernementale sur l’interculturalisme.

Pour cette tâche, il change de lieutenant. Kathleen Weil est rétrogradée : elle cède l’Immigration et la consultation sur le racisme et la discrimination systémique à David Heurtel. Sur cette question, Philippe Couillard n’a pas l’intention de lâcher le morceau et se méfie de « la peur de l’autre et le repli sur soi ».

« La montée du protectionnisme, le négativisme avec ses formules simples et démagogiques, le repli identitaire, la pauvreté et les conséquences des changements climatiques sur notre qualité de vie sont des obstacles au progrès économique, social et environnemental de notre nation », a-t-il déploré dans son discours.

M. Couillard a fait de la place pour six nouveaux ministres, incluant M. Fortin. Trois d’entre eux proviennent de Montréal : Marie Montpetit va à la Culture et Isabelle Melançon se dirige vers l’Environnement. L’ancien ministre des Transports Robert Poëti hérite d’un ministère délégué sans portefeuille : l’Intégrité des marchés publics.

Le député de Huntington Stéphane Billette ravit les Petites Entreprises à Lise Thériault, qui perd encore des plumes. Rita de Santis est la seule députée à être carrément éjectée du Saint des Saints.

« L’ère Charest »

L’opposition a immédiatement qualifié ce remaniement de « statu quo » qui ne tranche pas avec l’ère Charest. « C’est encore le même Parti libéral, la même famille libérale qui se récompense entre elle », a lancé le caquiste François Bonnardel, répertoriant 17 personnes au Conseil des ministres « qui étaient là sous Jean Charest ».

Le péquiste Pascal Bérubé déplore aussi que les « acteurs principaux » du gouvernement demeurent en poste. Québec solidaire, de son côté, aurait aimé au minimum que Jean-Marc Fournier soit mis de côté.


♦ Il y a 6 nouveaux ministres, une évincée. Le quart est âgé de 45 ans ou moins, soit deux fois plus qu’auparavant.

 

Couillard place son équipe en vue des élections

Philippe Couillard a choisi un novice, André Fortin, pour piloter les Transports, mais le noyau dur de son gouvernement a été épargné par le remaniement qui gonfle à 30 soldats le peloton ministériel.
Photo Didier Debusschere
Philippe Couillard a choisi un novice, André Fortin, pour piloter les Transports, mais le noyau dur de son gouvernement a été épargné par le remaniement qui gonfle à 30 soldats le peloton ministériel.
 
Philippe Couillard a constitué le Conseil des ministres qui gouvernera jusqu’à l’élection d’octobre 2018. Presque tous les poids lourds ont conservé leur poste, mais le premier ministre a fait de la place à des nouveaux venus...
 

LES RECRUES

André Fortin, 35 Ans

Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.
Photo Didier Debusschère

Ministre des Transports

Jeune père de famille, André Fortin se retrouve devant un défi imposant. Élu pour la première fois en 2014, il a fait ses débuts en politique en tant qu’attaché de presse du regretté ministre des Transports du Canada, Jean Lapierre.


Marie Montpetit, 38 ans

Ministre de la Culture et des Communications

Avant de se lancer en politique, en 2014, elle a travaillé dans le milieu de la santé en tant que conseillère et chargée de projet pour le gouvernement et différents organismes. Elle a aussi étudié la musique dans un collège privé.


Isabelle Melançon, 43 ans

Ministre du Développement durable et de l’Environnement 

Élue en décembre dernier lors d’une élection partielle, elle était auparavant chef de cabinet de la ministre Hélène David. En plus d’avoir à atteindre les objectifs de réduction de gaz à effets de serre du Québec, elle devra régler le dossier Anacolor d’ici les prochaines élections générales, comme promis par Philippe Couillard.


Véronyque Tremblay, 43 ans

Ministre déléguée aux Transports

Mère d’une fille et d’un garçon, elle a arraché Chauveau à la CAQ en l’emportant contre Jocelyne Cazin lors d’une élection partielle, en juin 2015. L’ex-chroniqueuse et ex-journaliste sera maintenant responsable des chantiers routiers de la Capitale-Nationale et de l’Est de la province.

 

LES PRIX DE CONSOLATION

Laurent Lessard, 54 ans

Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Aussitôt nommé aux Transports, il y a un an, M. Lessard avait dû défendre son éthique. Il s’était plus tard empêtré dans la gestion de la tempête sur l’autoroute 13. Il se contentera maintenant du rôle de ministre de l’Agriculture, dont il a hérité après le départ de Pierre Paradis.


Lise Thériault, 51 ans

Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.
Photo Didier Debusschère

Ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation

Réélue sans interruption depuis 2002, Mme Thériault a perdu le poste de vice-première ministre. On lui a toutefois créé un ministère sur mesure, qu’on n’avait pas vu depuis les années 80.


François Blais, 56 ans 

Ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale

M. Blais perd la Capitale-Nationale, mais il jouera un rôle primordial en cette année électorale alors qu’il doit déposer son plan de lutte à la pauvreté, en plus d’assurer la mise en œuvre du controversé du programme Objectif Emploi.


Kathleen Weil

Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.
Photo Didier Debusschère

Ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques, ministre responsable des Relations avec les Québécois de langue anglaise

À défaut de perdre le ministère de l’Immigration, où elle a tenté tant bien que mal de piloter la crise des migrants et la consultation sur le racisme, Mme Weil hérite des dossiers retirés à Rita de Santis. Philippe Couillard lui confie aussi les relations avec la communauté anglophone, une nouvelle responsabilité ministérielle.

 

LES PERMUTATIONS

Pierre Arcand, 65 ans

Président du Conseil du trésor

Le vétéran obtient une promotion en mettant la main sur le Trésor. Il aura la main sur les cordons de la bourse en cette année électorale.


David Heurtel, 44 ans

Ministre de l’Immigration

L’ancien ministre de l’Environnement ira au front pour défendre la commission sur le racisme et la discrimination systémique, chère au cœur de Philippe Couillard.


Pierre Moreau, 59 ans

Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.
Photo Didier Debusschère

Ministre des Ressources naturelles et de la Gaspésie

Pierre Moreau est vu comme un successeur potentiel à Philippe Couillard. Il hérite des Ressources naturelles, où il défendra le Plan Nord.


Luc Fortin, 34 ans

Ministre de la Famille

De Netflix à Caillou, Luc Fortin quitte la culture pour s’occuper de la petite enfance. Il devra défendre le projet de loi 143 qui va permettre au Ministère de sévir contre les mauvaises garderies.

 

LES MÊMES PILIERS

Carlos Leitao, 61 ans

Ministre des Finances

Le grand argentier du gouvernement Couillard, qui a rétabli l’équilibre budgétaire, présentera en mars le dernier budget libéral avant les élections.


Dominique Anglade, 43 ans

Ministre de l’Économie et vice-première ministre

L’ex-caquiste devient le numéro deux du gouvernement Couillard. Elle pilotera le virage technologique de l’économie, qui se tourne de plus en plus vers l’intelligence artificielle.


Sébastien Proulx, 42 ans

Ministre de l’Éducation et responsable de la Capitale-Nationale

Philippe Couillard choisit la stabilité pour le ministère qui a connu plusieurs remous avec les passages d’Yves Bolduc et de François Blais. M. Proulx doit mettre en œuvre sa politique éducative.


Gaétan Barrette, 61 ans

Le Conseil des ministres s’est alourdi, mercredi, avec un ajout net de cinq limousines.
Photo Didier Debusschère

Ministre de la Santé

Le bouillant ministre va poursuivre la mise en place de ses réformes malgré son impopularité.

 

L’EXCLUE

Rita de Santis, 63 ans

Après s’être mis les pieds dans les plats à quelques reprises à titre de ministre de l’Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques, Mme de Santis siégera dorénavant comme simple députée. Elle a tout de même assisté à la cérémonie d’assermentation, hier, parmi les spectateurs.

 

LES AUTRES qui ne bougent pas

  • Stéphanie Vallée, 46 ans, ministre de la Justice
  • Jean-Marc Fournier, 58 ans, ministre responsable des Relations canadiennes
  • Hélène David, 63 ans, ministre de l’Éducation supérieure et de la Condition féminine
  • Martin Coiteux, 55 ans, ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique