/entertainment/movies
Navigation

Sur les traces de Che Guevara

Le cinéaste Jules Falardeau tourne un film sur la mémoire du révolutionnaire

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’on célèbre ces jours-ci le 50e anniversaire de la mort de Che Guevara, le cinéaste québécois Jules Falardeau s’est lancé sur les traces du célèbre guérillero argentin afin de réaliser un documentaire sur la mémoire du Che.

Jules Falardeau – le fils du regretté Pierre Falardeau – se trouve présentement en Bolivie avec une petite équipe de tournage pour filmer les commémorations du 50e anniversaire de la mort de Che Guevara. Son documentaire s’intéressera aussi à une bande d’anciens « guévaristes » qui ont fait la route du Che il y a des années et à de jeunes muralistes boliviens qui se servent de leur art pour véhiculer des messages sociaux et politiques.

Ce film s’inscrit dans la continuité du travail de Jules Falardeau qui a déjà réalisé un documentaire sur le boxeur et militant indépendantiste Reggie Chartrand et un faux documentaire sur un tueur à gages (Gaétan).

« Nous abordons le sujet surtout au niveau de la mémoire, de la présence actuelle de la figure et de l’héritage des idées du Che en Bolivie dans le contexte des commémorations pour le 50e anniversaire de sa mort », a expliqué Jules Falardeau dans un courriel envoyé au Journal depuis la Bolivie.

« C’est généralement très présent en Amérique latine, mais en Bolivie c’est particulier parce que c’est le pays qui l’a vu mourir. »

« L’essence du Che »

Né en 1928 en Argentine, Ernesto Che Guevara reste encore aujourd’hui une figure mythique du combat révolutionnaire en Amérique latine. Surtout connu pour avoir été un des dirigeants de la révolution cubaine aux côtés de Fidel Castro dans les années 1950, il a été capturé le 9 octobre 1967 en Bolivie par l’armée bolivienne. Il a été exécuté le lendemain.

C’est en faisant un premier voyage en Amérique latine que Jules Falardeau a eu l’idée de réaliser un documentaire sur la mémoire de Che Guevara.

« J’avais perçu quelque chose là-dessus quand j’étais venu en 2014, indique-t-il. En apprenant qu’il y aurait des commémorations pour le 50e, avec les amis et contacts que j’ai ici, je me suis dit qu’il fallait que je tente le coup.

Pour moi, le Che est une figure révolutionnaire importante dans l’histoire. Je crois que collectivement on a oublié “l’essence” du Che.

Lorsqu’on relit ses écrits et qu’on écoute ce que les gens d’ici ont à dire sur le sujet, on retrouve cette essence : c’est une histoire de sacrifice et de collectivisme, et c’est encore très présent ici en 2017. »


Le film devrait sortir en salle en 2018.