/finance/business
Navigation

Cotisations à l’UPA: des producteurs s’opposent à de nouvelles hausses

Coup d'oeil sur cet article

Dès l’an prochain, les producteurs agricoles du Québec pourraient puiser davantage dans leurs poches pour payer les hausses de cotisation et de contribution versées à l’UPA.

Le conseil général de l’Union des producteurs agricoles (UPA) recommande une hausse de 10 $ de la cotisation pour 2018 et une autre hausse de 10 $ pour 2019, en plus de l’augmentation de 3 % de l’enveloppe globale des contributions.

Ces recommandations font actuellement l’objet d’une consultation auprès des syndicats locaux et, déjà, on sent un certain mécontentement.

« L’Union des producteurs agricoles cherche encore une fois à piger dans la poche des fermes du Québec en augmentant sa cotisation syndicale de base, alors que cette dernière est déjà l’une des plus élevées au monde », a dénoncé Benoit Girouard, président de l’Union paysanne à La Vie agricole.

À l’heure actuelle, tous les producteurs doivent payer obligatoirement leur cotisation, qui s’élève à 336 $ plus taxes. Le budget annuel de l’UPA est de 22,5 M$. Si l’entreprise agricole appartient au couple, il faut multiplier par deux la cotisation.

Congrès annuel

« La décision finale sera prise par les délégués au congrès de décembre », a affirmé Patrice Juneau, conseiller principal Affaires publiques et relations médias.

« D’année en année, les producteurs continuent de confier plus de mandats à l’Union dans des dossiers plus complexes. Cela a un impact sur les ressources dont l’UPA a besoin pour y répondre », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les contributions, M. Juneau a fait valoir que le montant global est le même depuis 2012. Avec ce qui est proposé, chaque secteur aurait un effort à faire en fonction de son volume de production qui fluctue d’une année à l’autre.

Si ces hausses franchissent le cap du congrès, il faudra que la Régie des marchés agricoles et agroalimentaires du Québec approuve le règlement modifiant les contributions.