/entertainment/music
Navigation

La machine à hits de P!nk

Le nouvel album Beautiful Trauma est l’une des meilleures parutions pop de 2017

La machine à hits de P!nk
Photo d'archives, ANNIE T. ROUSSEL

Coup d'oeil sur cet article

Je n’aurais pas voulu être à la place de P!nk et sa maison de disque quand est venu le temps de choisir les premiers singles de son nouvel album Beautiful Trauma. L’embarras du choix était au rendez-vous.

Le septième album studio d’Alecia Moore, alias P!nk la rebelle, ne manque pas de hits. Il y a facilement ici au moins cinq ou six chansons qui pourraient tourner à la radio et certaines, je pense à Secrets et son groove dansant inspiré de la vague de musique électronique, sont taillées sur mesure pour conclure un concert sous une pluie de confettis.

Déjà, l’excellente What About Us, sa dénonciation du régime Trump, a fait son chemin jusqu’au sommet des palmarès.

Retour en force

À 38 ans, après une pause sur disque de cinq ans et la mise au monde récente d’un deuxième enfant, P!nk ne montre donc aucun signe d’essoufflement, contrairement à ses concurrentes des débuts Britney Spears et Christina Aguilera.

Son Beautiful Trauma se situe dans la frange supérieure des parutions pop de l’année, plus près de la fraîcheur de l’enthousiasmant Melodrama, de Lorde, que du décevant Witness, de Katy Perry.

Le tour de force de P!nk, qui a collaboré avec des auteurs de renom comme Jack Antonoff, Steve Mac et Max Martin, a été de fignoler un tout cohérent avec une collection de chansons qui puise dans la plupart des styles musicaux qui ont peuplé les palmarès au cours des dernières années. Le tout en gardant son enrobage pop.

Ainsi, Revenge, en duo avec Eminem, touche au hip-hop. Le new country est tendance? P!nk y fait écho dans For Now. I Am Here envoie un beau gros clin d’œil à la folk qui fait taper du pied des Mumford and Sons et autres Lumineers, refrain rempli de «ouh, ouh, ouh» inclus.

Ce qui lie tout ça? Une production de haut calibre et surtout la voix puissante de P!nk, à la fois triomphale dans les moments d’euphorie et vulnérable quand elle se lance dans une ballade au piano.

Et l’audace?

Tout n’est pas parfait. À mes yeux, la pièce-titre et Revenge ne constituent pas un doublé assez percutant pour ouvrir l’album. C’est à partir de la troisième piste, Whatever You Want, que Beautiful Trauma prend son envol.

De la part d’une cascadeuse qui aime défier la gravité en spectacle, je m’attendais également à plus d’audace. Vrai, P!nk a fait le choix assumé de la continuité. Il reste que j’attends le jour où elle sortira vraiment de sa zone de confort. En attendant, elle ne déçoit pas. C’est déjà mieux que la moyenne.


Beautiful Trauma - P!nk (sortie 13 octobre)

La machine à hits de P!nk
Photo courtoisie

★★★★

  • Points forts : Des hits à profusion et une belle variété de style
  • Point faible : On aurait aimé un peu plus d’audace

 

La liste de la semaine

Des chansons de 2017 qui prouvent que le rock n’est pas mort

  • Fortress - Queens of the Stone Age
  • KILL4ME - Marilyn Manson
  • Yuk Foo - Wolf Alice
  • Run - Foo Fighters
  • Highway Tune - Greta Van Fleet
  • Greedy Soul - Liam Gallagher

 

Nos suggestions

La machine à hits de P!nk
Photo courtoisie

St. Vincent, Masseducation

J’avais adoré l’album éponyme de St. Vincent, paru en 2014. Je n’étais pas le seul puisqu’il s’était hissé dans les hauteurs d’à peu près tous les palmarès des meilleurs albums de l’année. Après avoir mis trois ans à peaufiner ses nouvelles compositions, Annie Clark dépose Masseducation demain. Deux singles ont déjà fait surface. New York, une ballade plutôt sage selon les standards de St. Vincent, m’a laissé sur ma faim. Par contre, l’électropop parfaitement maîtrisé de Los Ageless est annonciateur de belles choses.

Husser

Le rap québécois est en plein essor et c’est probablement le genre musical le plus excitant à suivre chez nous depuis quelques années. Le dernier nom apparu sur mon radar est celui de Husser, un Montréalais issu du groupe The Posterz qui a donné la réplique à Charlotte Cardin sur sa chanson Like it Doesn’t Hurt. Sur ses deux premiers singles, Can’t Blame Em et Catherine, Husser se démarque de ses compatriotes québécois en injectant une dose de rock et des ambiances lugubres dans sa musique. Un EP s’en vient.