/news/provincial
Navigation

Guérette prône un tramway à 750 M$

La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette
PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette

Coup d'oeil sur cet article

Anne Guérette articule son plan de mobilité autour d’un tramway de 750 millions $ qui circulerait de Saint-Roch à Sainte-Foy, en passant par la haute ville.

«Un réseau de transport en commun structurant, c’est la pièce maîtresse du puzzle pour en arriver à réduire la congestion», a fait valoir vendredi Anne Guérette. «On se positionne en tête de file dans ce dossier prioritaire pour l’avenir de notre ville.»

Le futur tramway partirait de Saint-Roch et monterait sur la colline Parlementaire par un tunnel de 1 km. Les wagons poursuivraient ensuite leur route par le chemin Sainte-Foy ou par le boulevard René-Lévesque – cela reste à préciser – pour se rendre jusqu’à la tête des ponts, par le boulevard Laurier.

Ce faisant, deux voies de circulation seraient enlevées aux automobiles, ont convenu Mme Guérette et son candidat Christophe Navel, mais cela n’aura pas d’impact majeur selon eux puisque la fréquence sera aux trois minutes.

Connexion possible avec Lévis

Démocratie Québec veut «ouvrir la discussion» pour permettre une connexion avec Lévis.

S’appuyant sur des études de 2003, que le parti a actualisées, Mme Guérette estime que son projet de 11,6 km coûterait «autour de 60 millions $ par kilomètre», incluant la construction du tunnel. DQ veut démarrer son projet en 2020. Le parti a bon espoir de le faire financer à 100 % par les gouvernements supérieurs, affirme Mme Guérette.

Stationnements incitatifs

Démocratie Québec complète son plan avec l’ajout d’un nouveau pôle d’échange à Lebourgneuf, que le parti ajouterait aux quatre autres prévus dans le plan du Réseau de transport de la capitale, soit Laurier, Université Laval, Saint-Roch et D’Estimauville.

«Le pôle Lebourgneuf, c’est sûr qu’il n’y a pas énormément d’achalandage, mais le but, c’est de créer de l’achalandage et d’augmenter la part modale du RTC», a indiqué M. Navel. L’utilisation de «parcours croisés» qui rejoignent chacun de ces pôles permettrait d’accroître le nombre d’usagers, dit-il.

On veut aussi ajouter un réseau de stationnements incitatifs d’où les usagers seraient dirigés par navettes ou par métrobus vers le parcours du tramway. DQ veut des stationnements de proximité et des stationnements régionaux qui accueilleront les automobilistes de l’extérieur de la ville. À la route Jean-Gauvin, par exemple. «On va leur donner le choix de se connecter directement sur le tram», a expliqué M. Navel.

L’idée est d’amener les usagers jusqu’au tramway rapidement grâce à une voie réservée sur Charest et Duplessis. Mais les politiciens n’ont pas encore tranché si ces voies réservées allaient retrancher des voies aux automobiles.