/sports/baseball
Navigation

La Ligue de baseball junior élite tentera de couronner ses champions

L'entraîneur en chef des Diamants Dominik Walsh misera sur Lucas Sérafin pour tenir en respect les frappeurs du Royal de Repentigny, samedi, lors du 7e match de la finale de la LBJEQ.
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés L'entraîneur en chef des Diamants Dominik Walsh misera sur Lucas Sérafin pour tenir en respect les frappeurs du Royal de Repentigny, samedi, lors du 7e match de la finale de la LBJEQ.

Coup d'oeil sur cet article

La saison de la cueillette des pommes est terminée et celle de la Ligue de baseball junior élite du Québec pourrait finalement prendre fin, samedi après-midi (16 h), au parc Henri-Casault de l’arrondissement de Charlesbourg.

Le Royal de Repentigny croisera le fer avec les Diamants de Québec dans le septième match d’une finale amorcée le 28 septembre. Si Dame nature collabore, évidemment!

Ce match ultime de la LBJEQ a déjà été remis deux fois lors du week-end de l’Action de grâce, la pluie ayant joué les trouble-fête dimanche et lundi derniers.

«C’est sûr qu’on forcera certainement un peu plus demain (samedi) pour jouer le match, car ça ne regarde pas bien (prévisions de fortes pluies) pour dimanche», a mentionné l’entraineur en chef des Diamants Dominik Walsh.

Rappelons qu’à Casault, les cieux n’ont pas besoin de provoquer une inondation pour empêcher les adeptes de la pelote américaine d’y jouer puisque ce terrain n’est pas doté de toile protectrice pour recrouvrir son avant-champ.

Seuls le monticule et la zone du marbre étant protégés des éléments. Mais où est donc passée la toile qui ne sert plus au stade Canac depuis l’installation de la surface artificielle? Dans un piteux état, la ville l’aurait expédiée au recyclage au printemps, selon le président des Capitales Michel Laplante.

Les études d'abord

La LBJEQ avait pris la décision d’éviter de jouer en semaine afin que les deux formations présentent des effectifs complets. «Nous sommes tous pris entre deux feux. Tout le monde a hâte que la saison finisse, car ça devient ardu de jongler avec les horaires depuis un mois et demi. Toutefois, pour véritablement déterminer la meilleure équipe, c’est préférable qu’il ne manque pas cinq joueurs de chaque côté!»

Ironiquement, les joueurs de la région de Québec fréquentant le cégep jouissaient de leur semaine de relâche automnale cette semaine. Walsh en a profité pour tenir quelques séances d’entrainement. «On s’est entrainé trois fois à l’intérieur sur les plateaux d’Expo-Cité», a précisé l’entraineur qui ne craint pas la rouille à la suite de cette pause d’une semaine.

Sérafin sur la butte

Walsh confiera la délicate mission de remporter ce match sans lendemain à Lucas Sérafin. Ce droitier de 21 ans a vaincu le Royal deux fois depuis le début de la finale et il a compilé une fiche de 3-1 et une mpm de 1,56 durant les éliminatoires des Québécois. Des séries amorcées le 28 août une semaine après leur conquête du championnat canadien à Gatineau.

«Vincent Ruel sera disponible en relève», a précisé Walsh, conscient que la décision de ne pas employer l'artilleur gaucher plus dominant de la ligue en 2017 suscitera des interrogations si la sauce tourne au vinaigre pour les Québécois.

Du côté du Royal, l’entraineur en chef Danny Prata déléguera le gaucher de 21 ans Ismaël Pena. L’ancien espoir des Diamondbacks en sera à un 3e départ dans cette finale.