/opinion/columnists
Navigation

Le langage incendiaire du Dr Couillard

Coup d'oeil sur cet article

C’est avec des propos peu amènes que Philippe Couillard a réagi aux commentaires concernant la timidité de son remaniement.

« Qu’est-ce que vous voulez avoir, vous, les médias ? Vous voulez avoir une livre de chair ? Un peu de sang sur la table ? C’est ça qui vous intéresse ? Vous voulez avoir des drames humains ? C’est ça qui vous excite un peu ? Vous voulez avoir des beaux articles là-dessus ? »

Voici un premier ministre qui constate que son opération n’a pas impressionné et qui le prend mal.

Vocabulaire violent

Sous ses revers élégants et son français soigné, Philippe Couillard n’hésite pas à recourir régulièrement à un vocabulaire violent.

Au déclenchement des dernières élections, il en avait surpris plusieurs en disant à quel point il détestait le gouvernement du Parti québécois. Plus récemment, il accusait François Legault de vouloir faire entrer un couteau dans chaque fracture de notre société pour la rendre plus douloureuse.

Dans l’ancienne vie de Philippe Couillard, on attendait de celui qui ouvre le crâne des gens qu’il ne tremble pas à la vue du sang. C’est différent de la part d’un politicien. Le premier ministre utilise un langage incendiaire qui sied fort mal à sa fonction.

Fatigué

Philippe Couillard n’est pas le genre de monsieur qu’on compare spontanément à Donald Trump. Et justement, contrairement au locataire de la Maison-Blanche, on peut penser du chef libéral qu’il sait ce qu’il fait lorsqu’il tient des propos acerbes.

La sortie tonitruante d’hier était probablement planifiée. Philippe Couillard a décidé de se faire plaisir et de gâter ses partisans.

Une tentation à laquelle il faut savoir résister, en politique.

Le premier ministre ne semble plus avoir cette retenue. Certains se demandent combien de temps encore Philippe Couillard restera chef du Parti libéral. Peut-être se trouvent-ils en fait à lire dans ses pensées.