/news/currentevents
Navigation

Mort du cycliste Guy Blouin: les freins ABS du véhicule de patrouille présentaient «un problème intermittent»

Le reconstitutionniste de la Sûreté du Québec (SQ) Yves Brière a expertisé la scène de la collision mortelle survenue le 3 septembre 2014 au coin des rues Saint-François et du Parvis, dans le quartier Saint-Roch, à Québec.
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI Le reconstitutionniste de la Sûreté du Québec (SQ) Yves Brière a expertisé la scène de la collision mortelle survenue le 3 septembre 2014 au coin des rues Saint-François et du Parvis, dans le quartier Saint-Roch, à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le véhicule patrouille conduit par le policier Simon Beaulieu, qui est accusé de négligence criminelle et de conduite criminelle causant la mort du cycliste Guy Blouin dans le quartier Saint-Roch, présentait « un problème intermittent au niveau des freins ABS ».

C’est ce qu’il a été possible d’apprendre dans le cadre du témoignage du reconstitutionniste de la Sûreté du Québec, Yves Brière, qui a été amené à expertiser la scène à la suite de la collision mortelle survenue le 3 septembre 2014 au coin des rues Saint-François et du Parvis dans le quartier Saint-Roch à Québec.

Le policier Simon Beaulieu
Photo Didier Debusschère
Le policier Simon Beaulieu

À la suite de la collision, la voiture 0203 du Service de police de la Ville de Québec a été remorquée pour en faire une expertise mécanique qui, de prime abord, n’a rien révélé.

Cependant, lorsque les reconstitutionnistes de la SQ ont effectué des tests de freinage arrière dans le stationnement de l’ancien zoo de Québec, ils ont été à même de constater cette problématique.

« Lors de la collision avec le cycliste, le système de freinage ABS n’a pas fonctionné et, à ce moment-là, nous ne savions pas pourquoi. Lors des tests effectués, nous nous sommes aperçus que, de façon aléatoire, le freinage ABS fonctionnait parfois et, à d’autres moments, qu’il ne fonctionnait pas », a expliqué le policier.

Selon le reconstitutionniste de la SQ, c'est dans cette angle que la voiture patrouille conduite par Simon Beaulieu a frappé le vélo du cycliste Guy Blouin.
Photo courtoisie
Selon le reconstitutionniste de la SQ, c'est dans cette angle que la voiture patrouille conduite par Simon Beaulieu a frappé le vélo du cycliste Guy Blouin.

La voiture de marque Ford a donc été envoyée chez le concessionnaire qui a constaté que « le connecteur du capteur ABS présentait de l’humidité », expliquant du même coup le problème intermittent.

Dans deux vidéos présentées par la SQ, on y voit la reconstitution d’un freinage avec et sans ABS. Dans le premier cas, le freinage est plus court et le véhicule demeure droit alors qu’en l’absence de freinage ABS, le freinage est plus long et le véhicule termine sa course de façon perpendiculaire.

Toutefois, pour le reconstitutionniste, cela « ne change en rien le point d’impact ni la visibilité qu’avait le policier ».

Il a également décidé d’écarter la mesure fournie par le GPS du véhicule qui indiquait que celui-ci roulait à une vitesse de 22 km\h lors de la collision. Selon lui, les traces présentent au sol indiquent plutôt une vitesse d’impact de 44 km\h.

Rappelons que le cycliste a succombé à ses blessures après avoir été happé par l’auto-patrouille qui s’était engagée à reculons.

Selon un fait admis par les parties, l’homme est décédé à la suite d’un « franchissement sur le torse de la roue arrière droite du véhicule patrouille » conduit par le policier qui en était à sa dernière journée comme patrouilleur avant d’être nommé enquêteur.

Renseignements sur les lieux de l’événement

  • Rue municipale
  • Zone de 50 km/h
  • Rue en sens unique


Sur les véhicules impliqués

  • Ford Crown Victoria 2010
  • Bicyclette de marque Devenci modèle Caribou 1


Sur les preuves physiques

  • Sur la chaussée, il y a présence de deux traces de freinage.
  • Une trace de pneu de bicyclette dont le guidon s’est tourné vers la droite à 90° lors de la collision.