/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas de guerre le 16 décembre

Yvon Michel se montre bon joueur face à la compétition.
Photo Pierre-Paul Poulin Yvon Michel se montre bon joueur face à la compétition.

Coup d'oeil sur cet article

Couvrir la boxe au jour le jour est une formidable aventure. C’est une sorte de District 32 avec des rebondissements invraisemblables et des jeux d’agents doubles en coulisses qui empêchent quiconque de s’y retrouver.

La dernière histoire en était une particulièrement difficile à démêler. On n’a pas eu un seul gala de boxe majeur depuis celui du 3 juin dernier quand Adonis Stevenson a battu Andrzej Fonfara en moins de deux rounds et voilà que le groupe GYM d’Yvon Michel et Eye of the Tiger de Camille Estephan visaient la présentation de deux galas importants le 16 décembre.

David Lemieux à Laval à la Place Bell dont la location avait été réglée depuis plusieurs semaines et Stevenson contre Eleider Alvarez au Stade olympique. Lemieux à HBO et Stevenson à Showtime.

C’était du délire. Fou braque.

Et Yvon Michel l’a très bien compris hier quand il a expliqué qu’il ne pouvait jouer cette partie pour plusieurs raisons : « Si tout était réglé de notre côté j’aurais peut-être pris le risque de challenger la compétition. Mais il reste encore des points en suspens. De plus, je ne voulais pas forcer les fans de boxe du Québec à faire un choix déchirant. Nos grands combats ne sont pas si nombreux et ils méritent de pouvoir y assister. Mais surtout, je ne voulais absolument pas forcer Marc Ramsay à choisir entre Eleider Alvarez et David Lemieux. Ça n’aurait pas été humain pour lui », expliquait Yvon Michel hier en fin d’après-midi.

STEVENSON-ALVAREZ

Hier après-midi, Michel avait déjà prévenu Showtime de la situation. Et avec les dirigeants du réseau, on cherchait à trouver une date favorable à la présentation de ce combat. Ce pourrait être le 9 décembre mais plus probablement en début de janvier. Le premier choix de Michel étant le Centre Vidéotron mais le stade olympique devenant une solution de rattrapage en cas de conflit de dates.

Pendant ce temps, Camille Estephan ne chôme pas. Il avait une entente depuis belle lurette avec evenko pour le 16 décembre. À l’origine, il prévoyait une finale entre Steven Butler et Francis Lafrenière. Mais Lafrenière s’est blessé et surtout, le combat entre David Lemieux et Miguel Cotto, le 2 décembre à New York, est tombé à l’eau quand Cotto a compris que Lemieux était un trop gros morceau pour lui.

Estephan s’est viré de bord et a négocié avec le réseau HBO une soirée mettant en vedette David Lemieux. Au moment d’écrire ces lignes, les deux candidats retenus par EOTTM (Eye of The Tiger Management) ont été acceptés par HBO.

ET ARRIVE BILLY JOE SAUNDERS

Il n’y a jamais rien de simple dans District 32. Voilà qu’il y a deux jours, la WBO, la quatrième grande organisation régissant la boxe avec l’IBF, la WBC et la WBA, a ordonné à son champion, Billy Joe Saunders d’affronter son aspirant obligatoire David Lemieux. Son promoteur Frank Warren discute depuis deux jours avec Eric Gomez, président de Golden Boy Promotions et Camille Estephan.

Au début, Saunders qui ne s’est jamais battu hors du Royaume-Uni voulait absolument qu’un combat contre Lemieux se passe à Londres. Mais comme c’est HBO qui apporterait la plupart des millions versés aux boxeurs, Gomez a rétorqué que le combat devrait être présenté en Amérique.

Mais Saunders et Warren trouvent que Laval, ce n’est pas l’Amérique, que c’est plutôt le Canada et craignent que David Lemieux ne soit trop avantagé dans un combat « local ».

« On va les rassurer. Pour HBO, Laval ou Vegas, c’est le marché américain. C’est la même chose. Et on compte sur une Régie exceptionnelle capable de s’ouvrir à des officiels qui ne sont pas nécessairement tous du Québec. Elle l’a fait dans le passé », d’expliquer Camille Estephan en début de soirée : « Je dirais que les pourparlers se poursuivent présentement et que la situation évolue d’heure en heure », a-t-il dit.

Les obstacles demeurent énormes. Par exemple, la WBC en cas d’enchères, impose un partage à 70-30 en faveur du champion. C’est 75-25 dans la WBO « Qu’on ne s’inquiète pas, les intérêts de David Lemieux seront protégés », a ajouté Estephan.

Ma conclusion, c’est que David Lemieux va se battre à Laval le 16 décembre à HBO. Mais pour le moment, même si ce sera obligatoirement un adversaire de grande qualité et dangereux, on est encore loin de Billy Joe Saunders.

On en saura davantage au prochain épisode de District 32...