/news/provincial
Navigation

Le Fonds vert pour financer un laissez-passer moins cher pour les étudiants

Le maire de Québec Régis Labeaume
Photo Didier Debusschère Le maire de Québec Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Le maire sortant a promis vendredi de s’entendre avec le gouvernement pour faire financer par le Fonds vert un laissez-passer de transport en commun à bas coût pour les étudiants.

Les étudiants bénéficient déjà d’un laissez-passer à prix réduit au Réseau de transport de la capitale (RTC). Régis Labeaume souhaite diminuer davantage ce tarif pour créer un laissez-passer universel, dès la rentrée 2018. Et c’est grâce au Fonds vert du gouvernement du Québec qu’il compte financer ce projet, une première au Québec, dit-il.

« Notre projet c’est de réduire les gaz à effet de serre en enlevant 2000 à 3000 véhicules sur l’heure de pointe. »

Ministres interpellés

Le maire s’est entretenu déjà avec les deux nouveaux ministres de la capitale Sébastien Proulx et Véronyque Tremblay pour leur faire part de sa demande. Ceux-ci n’ont pas donné de réponses pour l’instant. « Ils m’ont dit : on va regarder ça. »

Le maire sortant, s’il est réélu, créera un comité qui regroupera les institutions d’enseignement, le RTC, les ministres, pour réfléchir aux façons de réduire la congestion.

Il souhaite aussi s’entendre avec les institutions d’enseignement postsecondaires pour qu’ils réaménagent les horaires de cours.

Sur les traces de Guérette

La veille, Anne Guérette avait fait une annonce semblable, également à l’Université Laval. Cependant, elle laissait à l’institution le choix d’implanter un laissez-passer universel et proposait que la Ville vienne ensuite en aide.

« C’est le rôle de l’Université Laval de mettre en place son plan de mobilité. Et, si tout le monde s’entend pour dire que oui, ça prend un laissez-passer universel, ce qui veut dire que chaque étudiant devra payer un montant dans ses frais de scolarité pour que tout le monde puisse avoir accès à un laissez-passer gratuit, nous allons les accompagner », avait-elle affirmé.

« Je ne sais pas pourquoi il [M. Labeaume] arrive avec ça aujourd’hui. Il aurait pu se trouver quelque chose de plus original », a-t-elle réagi. « C’est une possibilité [de le faire financer par le Fonds vert]. Il va plus loin que nous dans ce sens-là. Il est en train de décider que ça va se faire. »