/slsj
Navigation

Une enseignante meurt devant ses élèves

Onde de choc dans une école secondaire d’Alma

 Suzie Tremblay
Photo Facebook Suzie Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves de l’école Camille-Lavoie à Alma se remettaient tranquillement de la consternation créée après la mort soudaine de Suzie Tremblay, survenue mercredi alors qu’elle donnait son cours devant sa classe de secondaire 5.

De l’avis de tous les élèves rencontrés, l’atmosphère était lourde à l’école Camille-Lavoie, vendredi.

La mort subite d’une enseignante en science âgée d’une quarantaine d’années, à la suite d’une rupture d’anévrisme, a laissé des traces dans la communauté de cet établissement scolaire.

Malgré le drame survenu brusquement, la majorité des élèves de l’école et du personnel étaient présents à l’école jeudi et vendredi et ont terminé la semaine.

« Mon prof de science, elle travaillait avec elle ça faisait 15 ans... elle est entrée dans la classe en braillant. [La direction] lui a offert de se faire remplacer, mais elle a dit non. Un jour ou l’autre, il aurait fallu qu’elle revienne enseigner », raconte Gabriel Morin, un jeune élève de l’école Camille-Lavoie qui n’était pas dans la classe de Suzie Tremblay lorsque cette dernière s’est effondrée.

ATMOSPHÈRE LOURDE

Malgré l’ambiance qui portait au recueillement, tout le monde avait de bons mots pour leur enseignante partie dans des circonstances dramatiques.

Un élève de secondaire 4 auquel Suzie Tremblay a enseigné cette année, Brad Hudon-Desmeules, ne gardera que de bons souvenirs de sa professeure.

« C’était une personne qui était souvent souriante, excitée même des fois quand elle expliquait la matière. L’atmosphère est très lourde aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui pleurent », affirme-t-il, avant d’ajouter que certaines personnes n’ont pas de cours en raison de l’état de choc dans lequel ils sont.

Une autre élève, Olie Fortin raconte que tout le monde était plus calme vendredi. Elle conserve également un bon souvenir de l’enseignante qu’elle a croisée à quelques reprises.

« Ça paraît. Il y en a qui vivent leur deuil. Elle avait une bonne réputation. Elle ne m’a jamais enseigné, mais je lui avais parlé quelques fois. C’était une bonne personne. »

MESURES SPÉCIALES

Suzie Tremblay s’est effondrée alors qu’elle donnait un cours, mercredi après-midi. Malgré l’arrivée rapide des secours, elle a succombé à une rupture d’anévrisme dévastatrice.

Les élèves avaient été déplacés dans un autre local pendant l’intervention. À court terme, du soutien psychologique a été offert aux témoins de la scène, mais aussi à tous les membres du corps enseignant et aux étudiants.

Selon la directrice adjointe de l’école, Christine Flaherty, une table a été installée pour que les gens puissent y déposer des objets et des mots de support à la famille. « Spontanément, les gens ont voulu faire ça », indique-t-elle sobrement.