/news/provincial
Navigation

Un manque cruel de main-d’oeuvre dans la région de Québec

La restauration est l'un des cinq domaines les plus touchés par la pénurie de main-d'oeuvre dans la région de Québec.
Photo Daniel Mallard La restauration est l'un des cinq domaines les plus touchés par la pénurie de main-d'oeuvre dans la région de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

La région de Québec vit une pénurie historique de main-d’œuvre avec plus de 6300 emplois disponibles actuellement, ce qui constitue un véritable casse-tête pour les employeurs, qui peinent à dénicher de bons candidats.

« En 20 ans, c’est la pire pénurie que j’ai vue. Il n’y a plus de mauvais CV, on ne peut plus les trier comme avant », lance Carl Frédéric De Celles, président de l’entreprise de conception et développement de sites web iXMédia.

Le domaine des technologies de l’information est d’ailleurs l’un de ceux frappés de front par la pénurie, surtout à Québec, où près de 530 postes sont actuellement vacants. Selon des chiffres fournis par le site de recrutement Jobillico, les autres domaines les plus touchés sont l’industrie manufacturière, la vente et les communications et marketing.

Ainsi, le plein emploi coûte cher aux entreprises de la région qui rivalisent d’idées pour attirer des candidats (voir autre texte). En septembre, le taux de chômage est demeuré très bas à Québec, à 4,1%.

Pour Carl Frédéric De Celles, président de iXMédia, cette pénurie est la pire, d’autant qu’ «il n’y a plus de mauvais CV, on ne peut plus les trier comme avant».
Photo Didier Debusschère
Pour Carl Frédéric De Celles, président de iXMédia, cette pénurie est la pire, d’autant qu’ «il n’y a plus de mauvais CV, on ne peut plus les trier comme avant».

Des soudeurs recherchés

Près d’une centaine de postes de soudeurs sont notamment disponibles dans la région. EBM Laser, entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces de machinerie en métal à Saint-Augustin, doit composer avec près de 130 heures de travail à gagner chaque semaine.

« Depuis la dernière année, c’est pire que pire. Nous avions des soudeurs, mais ils se sont fait offrir des salaires démesurés ailleurs. J’ai perdu au moins deux soudeurs d’expérience comme ça », affirme le directeur d’usine Jonathan Turmel. La situation n’est pas sur le point de s’améliorer selon lui, alors que les cours pour ces types de profession sont absents à Québec ou ne retiennent pas assez d’étudiants pour voir le jour.

La guerre aux salaires

En général, les salaires des soudeurs varient entre 19 $ et 24 $ l’heure, alors que certaines entreprises offrent maintenant près de 30 $ l’heure, pour combler leurs équipes. « On doit se rencontrer en comité de direction la semaine prochaine pour voir ce qu’on peut faire avec ça, parce que ça commence à urger », indique-t-il.

La situation n’est guère mieux en restauration et en hôtellerie, où les cuisiniers, serveurs et surtout plongeurs sont une véritable denrée rare. Le secteur du tourisme pourrait également être la cible d’une pénurie « historique » anticipée de 50 000 employés d’ici 2035 dans la province, selon des données publiées en 2016 par le Conference Board du Canada.

« [C’est] une situation catastrophique qui s’en vient. Il faut se mobiliser parce que la pénurie de main-d’œuvre va frapper de plein fouet et l’industrie menace de s’effondrer », s’alarme Sylvie Carrière, coordonnatrice au recrutement étudiant pour le Canada et l’International à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ).

— Avec la collaboration de Valérie Bidégaré

Les domaines les plus touchés par la pénurie

1. Industrie manufacturièree: soudeurs, machinistes, monteurs, électromécaniciens.

2. Vente: représentants, vente au détail, service à la clientèle.

3. Technologie de l’information: programmeurs analystes, développeurs web, graphistes.

4. Restauration: serveurs, cuisiniers, aide-cuisiniers, barmaids, maîtres d’hôtel.

5. Ingénierie

Les employeurs en mode séduction

Pour attirer et conserver leurs employés, les entreprises sont forcées de faire preuve d’originalité en plus d’améliorer les conditions de travail et d’offrir des salaires alléchants.

« Les organisations doivent complètement modifier leurs méthodes de recrutement. Aujourd’hui, c’est l’employeur qui doit se vendre plutôt que le candidat, que ce soit avec des vidéos ou des photos de l’entreprise, de projets en cours, etc. », mentionne Stéphane Jean, vice-président marketing chez Jobillico.

La crise est telle que l’expérience n’est même plus prise en compte par certains employeurs. « J’ai augmenté mes salaires de base de 3% automatiquement. Pour les employés, c’est très payant », précise Carl Frédéric De Celles, président d’iXMédia. « Il y a cinq ou dix ans, un développeur sans expérience gagnait entre 25 000 $ et 30 000 $, mais aujourd’hui ils se font offrir des emplois à 45 000 $ dès leur sortie du cégep », explique-t-il, ajoutant que la compétition est féroce entre les entreprises, qui se « volent » des employés entre elles.

Cuisiniers à pourboires

En restauration, plusieurs patrons offrent maintenant des assurances collectives à leurs employés, alors que d’autres versent des pourboires à leurs cuisiniers. C’est le cas au restaurant Ophelia de la Grande-Allée. « Nous fonctionnons avec un système de points, ce qui fait augmenter les salaires des cuisiniers de 10 à 15% », estime le propriétaire, Fabio Monti.

Malgré tout, certains restaurateurs admettent être découragés de devoir payer leurs employés plus cher, sans toutefois obtenir les résultats escomptés. « On engage n’importe qui et on espère être capables de les former. Je donne 2 $ de plus à mes plongeurs et des salaires de 18 $ -19 $ l’heure à des cuisiniers qui en valent 14 $. Les gars ne rentrent pas et ne sont pas toujours bons, mais je n’en ai pas d’autres », déplore Yanick Parent, propriétaire des restaurants Bello, Savini et La Bûche.

Il aimerait ouvrir un quatrième établissement à Québec, mais l’importante pénurie de main-d’œuvre pourrait faire avorter son projet. « Je suis en train d’y penser, mais si je ne le fais pas, c’est directement à cause de ça », mentionne celui qui cherche au moins 15 cuisiniers.