/opinion/blogs
Navigation

Les «imbéciles heureux»...

Les «imbéciles heureux»...

Coup d'oeil sur cet article

L’appui donné par un nationaliste de renom à la CAQ a donné lieu aux coups de gueule habituels de la ligue du vieux poêle souverainiste qui n’en a que pour le PQ, peu importe si le pays ne s’y porte plus que comme le coquelicot au Jour du souvenir...

Dans l’égout fielleux des médias sociaux, on a déprécié l’initiative de l’historien Marcel Tessier, favorable à Jean-François Roberge, le député caquiste de Chambly.

L'historien Marcel Tessier
Les «imbéciles heureux»...
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

L’ex felquiste Jacques Lanctôt, par exemple, a écrit que Tessier n’était qu’un «imbécile heureux» et que, malheureusement, il s’agit d’une «espèce qui n’est pas en voie de disparition»...

Pas la peine de commenter le mépris de l’ancien exilé, il y a droit, d’autant plus que, sur l’essentiel, il a raison.

Les «imbéciles heureux» qui appuient la CAQ sont sans doute maintenant plus nombreux que ceux appuyant le PQ et Lanctôt le perçoit aussi. Comme bien d’autres...

Après avoir courtisé les radicaux de Québec solidaire durant des années, le PQ s’est transporté à gauche, trop à gauche, et n’est plus crédible quand il sort de l’utopie. Il est vert dans l’opposition mais au pouvoir, il dit oui au pétrole et au ciment...

Moins riches et plus endettés, les Québécois sont allés plus loin que tous leurs voisins dans le champ des programmes sociaux; le nombre de fonctionnaires, d’organismes publics ou communautaires, les taxes et les impôts, tout leur rappelle le poids énorme de cet État qui n’est providentiel que pour ceux qui l’incarnent... C'est l'État qui s'enrichit, pas ceux sur qui il s'appuie toujours plus lourdement.

Ah, mais personne, évidemment, n’attend de miracle de la CAQ. Ni de François Legault. On risque plutôt la déception parce que les défis qui s’imposent sont grandioses...

La majorité silencieuse voit bien que tout est figé. Que rien ne bouge, que les privilèges se sont mués en droits acquis et que les faux-jetons ne risquent rien, jamais...

Les «imbéciles heureux»...
Photo d’archives, Sylvain Denis

Un policier fout le camp chez le notaire alors que 300 personnes sont prisonnières de la tempête et peut ensuite filer à la retraite en sifflotant...

Un cadre tombe malade après que l’on retrouve des milliers de dollars d’achats sur la carte de crédit du cégep où il travaille... Un autre se procure une porte de luxe pour donner de la gueule à son bureau. Sur le bord d'un chantier, celui que l'on paie pour surveiller dort la bouche ouverte comme un chauffeur d'autobus...

Trente organismes sont abolis mais personne n’est remercié... Les budgets sont défoncés partout mais personne n’en est coupable.

Les congés de maladie dépassent le milliard mais les faux malades fuient à Venise en mai, allongent les fins de semaine ensoleillées et devancent leur retraite sans le moindre remords...

Le no-fault et la sécurité d'emploi empoisonnent l'atmosphère et assurent aux incompétents les plus belles carrières...

Après des générations de péquistes et de libéraux, et en attendant que le Conseil central s’installe au Trésor avec Québec solidaire, le contribuable de plus en plus moyen n’a qu’un mince et ultime espoir de voir un quelconque changement: la CAQ.

La CAQ, oui. La CAQ, malgré François Legault, fragile sous la pression.

Ce n’est pas la mère à boire, évidemment. Mais la CAQ semble la seule voie sortant de l’impasse où le Québec pourrit depuis des années. C'est ce désir d'un changement d'air qui rapporte tant d'appuis à la CAQ, ce que notent d'ailleurs les sondages, les uns après les autres. Les libéraux restent illusoirement en tête grâce aux anglos et aux immigrants. Ils sont lessivés chez les francos. Quant au PQ, au-delà de ses grands airs, il vivote, barricadé dans ses bastions.

Mais rien ne dit que la CAQ fera mieux que les autres. Le statu quo est un roc...

Les «imbéciles heureux»...
Photo d'archives

Le petit Québec toujours plus petit, soumis aux mêmes pressions syndicales depuis cinquante ans, poussé à gauche, et plus encore, seul en Amérique avec un socialisme clanique qui réduit l’éducation à sa plus simple expression et le réseau de la santé à un asile de fous.

Un progressisme égocentrique et absurde : la majorité des Québécois finissent leur vie dans la pauvreté, sauf qui vous savez...

D’ailleurs je me demande comment se fait-il qu’on ait pas encore soustrait l’adjectif de notre plaque identitaire: La Belle province.

Belle, n’est-ce pas désormais sexiste et donc vulgaire? Le mieux, aujourd’hui, c’est d’avoir l’air de rien. Toute différence est désormais sujette à la désertion.

Moralité publique à zéro, débats politiques stériles, leadership «national» déficient, le Québec poursuit son inexorable déclin. Il ne sera jamais un pays. Ses rendez-vous avec l’Histoire, il les a ratés. Il mourra avant de pouvoir se réessayer...

C'est difficile à avouer mais ne sentons-nous pas tous qu'il meurt déjà?