/misc
Navigation

Les appeaux à chevreuil

Les appeaux à chevreuil
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Comme pour plusieurs autres espèces d’animaux, il est possible de se servir de calls pour faire réagir les cerfs de Virginie.

Il y a trois principaux appels pour tenter de leurrer les cervidés. Il y a le bêlement, aussi appelé « bleat », que les femelles et les faons émettent pour se retrouver, fraterniser ou pour avoir de la compagnie. Le grognement, nommé « grunt » par la plupart des amateurs, est vocalisé par les mâles et leurs compagnes pour indiquer leur présence ou plus tard en saison quand les bucks sont prêts à passer à l’action. Puis, il y a le « snort », anglicisme qui désigne le soufflement ou le ronflement produit par un cerf pour avertir les autres d’un danger potentiel ou par les dominants pour intimider les autres prétendants. Il existe différents types d’appareils sonores que les nemrods peuvent utiliser lors de la chasse au chevreuil. J’ai donc interrogé un spécialiste dans le domaine à ce sujet, Benoit Ferland, de la boutique A. Ferland Sports de Roxton Falls. Ce marchand, de la bannière Ecotone, m’a décrit cinq items que l’on retrouve dans plusieurs autres magasins affiliés à ce regroupement de franchisés.

The Original Can

Les appeaux à chevreuil
Photo courtoisie

 

 

Voici un des produits les plus simples à exploiter selon moi. La firme Primos Hunting le présente sous la forme d’une petite boîte de conserve. Pour produire le bêlement d’une femelle qui indique aux bucks des environs qu’elle est prête à se reproduire, il suffit de tourner l’appeau à l’envers, puis de le ramener à sa position initiale. Les sons voulus, qui ne doivent pas excéder deux secondes, seront alors produits.

Le Mad Call MD-515S buck growl and Snort Wheeze

Les appeaux à chevreuil
Photo courtoisie

 

 

Cet outil sonore de Flambeau est l’un de mes préférés. Il permet à son utilisateur d’imiter un dominant en présence d’une biche en chaleur. Les sons émis provoqueront les cerfs matures et piqueront la curiosité des jeunes en quête de sensations fortes. L’appeau est doté de deux chambres vocales pour varier les tonalités. Un DVD, inclus dans l’emballage, vous indique comment maximiser son utilisation.

X-Trem

Les appeaux à chevreuil
Photo courtoisie

 

 

Ce produit québécois, de la compagnie Buck Expert, permet de passer directement des grognements du mâle aux bêlements de la femelle ainsi qu’aux sons plaintifs du veau. Pour y arriver, il suffit d’enfoncer les boutons régulateurs sur la languette. Selon Benoît, sa résonance est excellente grâce au recouvrement de tissu et à l’embout en bois de frêne. Un DVD, fourni dans l’emballage, vous aidera à émettre les diverses tonalités.

Magnum Roar

Les appeaux à chevreuil
Photo courtoisie

 

 

Le fabricant de ce call extensible le décrit comme étant celui qui a la plus forte sonorité imitant un buck dominant. L’utilisateur peut reproduire des grognements de mâles matures qui souhaitent affirmer leur dominance. Puis, grâce à la deuxième chambre sonore, on peut donner l’impression qu’un gros cerf veut indiquer les limitations de son territoire. Comme la plupart des autres modèles énumérés, le gel ne l’affecte pas.

Cocall

Les appeaux à chevreuil
Photo courtoisie

 

 

Il y a quelques années, la firme gaspésienne Cocall a mis au point un appeau électronique fonctionnant avec une carte micro SD sur laquelle on retrouvait le langage de l’orignal. Le concepteur, Patrice Méthot, a mis en marché deux cartes électroniques qui reproduisent tous les sons du pré-rut ou du rut. Il suffit de les insérer dans le lecteur. Ce qui est génial, c’est qu’il y a maintenant un contrôle à distance ayant une portée de 100 mètres.

Pour en savoir davantage, composez le 450 548-5777 ou visitez le site zone-ecotone.com

Quatre pointes ou plus

L’organisme Chasse au chevreuil quatre pointes ou plus est fier d’annoncer qu’au cours des trois dernières années, plus de 7100 membres, qu’ils soient nemrods, propriétaires de terrain ou pourvoyeurs, ont joint leurs rangs. Cette association, originaire de Kiamika dans les Hautes-Laurentides, a pour but de promouvoir la récolte des bucks matures afin de donner une chance aux spike et d’aider à rééquilibrer le ratio mâle femelle. Un des instigateurs, Christian Maillé, m’indiquait que depuis qu’ils ont lancé cet organisme, et malgré les deux hivers rigoureux qui ont sévi, il a pu observer beaucoup plus de veaux cette année. Cela augure très bien pour le futur. Pour en savoir plus, visitez leur page Facebook.