/news/consumer
Navigation

De la nourriture non périmée aux poubelles

Des propriétaires de refuges pour animaux dénoncent les gestes d’un distributeur

Plusieurs boîtes de conserve et sacs de nourriture ont été trouvés dans le conteneur. La date de péremption de la nourriture n’était pas avant septembre 2018.
Photo Nicolas Saillant Plusieurs boîtes de conserve et sacs de nourriture ont été trouvés dans le conteneur. La date de péremption de la nourriture n’était pas avant septembre 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Le distributeur de produits dédiés aux vétérinaires CDMV jette régulièrement de la nourriture pour animaux domestiques dans les poubelles, simplement parce que les contenants sont abîmés, et ce, même si la nourriture est encore comestible pour plusieurs mois.

Choquée par ce gaspillage de nourriture animale de haute qualité, une amoureuse des chats et des chiens a interpellé Le Journal qui a pu confirmer la situation sur place, à plusieurs reprises. « À la fin de leur quart de travail, les livreurs jettent les cannes de bouffe amochées dans un conteneur », a indiqué la dénonciatrice, qui voulait garder l’anonymat.

CDMV est un distributeur pancanadien de produits et services dédiés aux vétérinaires. L’entreprise, qui a son siège social à Saint-Hyacinthe, vend des médicaments, des suppléments alimentaires et de la fourniture médicale pour animaux. À Québec, l’entreprise a un centre de distribution sur la rue Watt.

Entreprise verte ?

Or, malgré des engagements auprès d’organismes à but non lucratif, tel Anima Québec, et une « nouvelle signature écoresponsable » placée bien en évidence sur leur site internet, CDMV continue de jeter de la nourriture animale dans les poubelles. Pire encore, pour éviter que les diètes en conserve ou encore la moulée en sac soient récupérées par des citoyens au courant de ce gaspillage, l’entreprise ouvre les emballages avant de les jeter.

Lors d’un de ses passages, l’auteur de ces lignes a extirpé l’une des rares boîtes de conserve non ouvertes de diète au saumon pour chats de marque Purina. En réaction, la vice-présidente aux ventes de CDMV Marie-Josée Bayard a indiqué au Journal qu’il ne s’agissait pas de «gaspillage», mais que la nourriture était mise à la poubelle pour une raison de «sécurité». «Si la canne est endommagée, on ne prend pas de risque», affirme-t-elle.

Aide alimentaire

Cette situation a fait bondir deux propriétaires de refuges faiblement subventionnés contactés par Le Journal. « Elle est encore bonne [...] pourquoi ils la jettent ? Comme propriétaire de refuge, c’est un peu fâchant », a réagi Kathleen, propriétaire de l’Arche de Kathleen dans Portneuf.

La propriétaire ajoute que « la nourriture de vétérinaire est spécifique pour les problèmes gastriques, problèmes urinaires, etc. C’est de la nourriture qui servirait encore plus aux chiens de refuges. »

Annie Bégin du Refuge Animaux rappelle que l’achat de nourriture est l’un des postes de dépenses les plus importants pour les refuges. « C’est sûr qu’on court toujours après des dons, mais les trois quarts du temps, il faut acheter la nourriture nous-mêmes », explique-t-elle.