/news/currentevents
Navigation

Menaces de mort dirigées vers Régis Labeaume

Sacha Grepeault, Palais de Justice de Quebec, Quebec, 30 octobre 2017. PASCAL HUOT/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
Photo Pascal Huot Sacha Crépeault a été libéré en fin de journée.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 43 ans a comparu pour avoir transmis des menaces de mort au maire sortant de Québec Régis Labeaume.

Les faits reprochés ont eu lieu au cours de la semaine dernière alors que Sacha Crépeault aurait transmis plusieurs messages menaçants à la chroniqueuse du Journal Karine Gagnon. L’homme était actif sous son vrai nom il y a quelques mois sur le réseau social Google +.

Bissonnette glorifié

Il a notamment eu des propos haineux envers la communauté musulmane de Québec au lendemain de l’attentat de la mosquée de Québec. « Un bel attentat du bon bord pour une fois », a-t-il notamment écrit.

D’autres messages de sa part glorifiaient également l’auteur présumé de cette attaque, Alexandre Bissonnette. « Vive Alexandre Bissonnette », a-t-il écrit dans un message.

L’homme de 43 ans a pu recouvrer sa liberté à condition de ne pas communiquer avec Régis Labeaume et Karine Gagnon. Il ne doit également faire aucune référence à ces deux personnes sur quelques médias sociaux que ce soit.

Il n’a également pas le droit de posséder un ordinateur ainsi qu’un téléphone cellulaire et doit débrancher internet de chez lui d’ici 48 heures, preuve à l’appui.

« Vous devez respecter les conditions, c’est très important », a dit le juge à l’accusé. Sacha Crépeault a répondu « pas de problème » avant d’être libéré sous promesse de revenir devant la cour le 1er décembre.

Du côté du maire sortant, son attaché de presse Paul-Christian Nolin confirme que Régis Labeaume a été mis au courant du dossier samedi soir. « On laisse la justice suivre son cours », a brièvement réagi M. Nolin.

Antécédents

Sacha Crépeault a des antécédents criminels pour vol en 2004 ainsi que pour conduite avec les capacités affaiblies.