/sports/opinion/columnists
Navigation

Du baseball fou, fou, fou

SPO-BBO-BBA-BBN-WORLD-SERIES---LOS-ANGELES-DODGERS-V-HOUSTON-AST
Photo AFP Alex Bregman (2), qui marque ici en septième manche, est plus tard devenu le héros du cinquième match de la Série mondiale en cognant un simple productif en 10e.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un premier temps, je prévoyais rédiger cette chronique en faisant l’anatomie des cinq premiers matchs de la Série mondiale...

Mais au fur et à mesure que le cinquième match se déroulait, je revoyais dans mes souvenirs, le western classique de John Sturgess Gunfight at the O.K. Corral, mettant en vedette Burt Lancaster et Kirk Douglas, en 1957.

C’était la confrontation entre les frères Earp et Doc Holliday et la vilaine troupe de Ike Clayton. Un duel à finir alors que le dernier homme debout allait en sortir vainqueur.

Dans ce cinquième match, les spectateurs sont passés par toute la gamme des émotions.

Avance perdue par Kershaw

D’abord, les Dodgers marquent trois points en première manche contre Dallas Keuchel et Clayton Kershaw est incapable de conserver une priorité de 4 à 0 et doit quitter en cinquième manche.

C’est alors que la guerre des releveurs s’est engagée.

Les Astros, qui portent l’étoile du shérif, ont d’abord vu Cody Bellinger redonner les devants 7 à 4 aux Dodgers aux dépens de Collin McHugh avec une claque de trois points... sauf que Jose Mighty Mouse Altuve les a replacés au poste de commande avec un circuit de trois points également, cette fois aux dépens de Kenta Maeda.

Et si vous croyiez être au bout de vos émotions, vous étiez dans l’erreur car Bellinger est revenu à la charge avec un triple pour redonner l’avance 8 à 7 aux Dodgers en début de septième manche !

Morrow malmené

C’est alors qu’à son corps défendant, le gérant des Dodgers Dave Roberts, a fait appel à Brandon Morrow, lui qui avait été surutilisé au cours des derniers matchs et ce dernier a été malmené pour quatre points, sans retirer un seul frappeur... et les Astros avaient une confortable avance de 11 à 8.

Refusant de baisser les bras, les Dodgers ont répliqué avec un point en début de huitième manche, seulement pour voir les Astros reprendre les devants par trois points grâce au circuit en solo de Brian McCann.

Du même coup, McCann devenait le 14e joueur de cette série à claquer un circuit, du jamais vu dans les Séries mondiales. Outre Bellinger et Altuve, les autres sont Chris Taylor, Jeff Turner, Joc Pederson, Corey Seager, Yasiel Puig et Charlie Culberson, du côté des Dodgers, tandis qu’Alex Bregman, Marwan Gonzalez, Carlos Correa, George Springer et Yuli Gurriel ont tous réussi au moins un circuit pour les Astros.

Mais, Puig a redonné espoir aux Dodgers avec son deuxième circuit des séries, une claque de deux points pour réduire l’avance des Texans à un seul point, 12 à 11.

À égalité en neuvième

Et pendant que le commissaire soutient que les balles n’ont pas été trafiquées pour favoriser les coups de circuit, il y en a eu sept durant ce cinquième match pour un total de 22 depuis le début de cette série mondiale, deux records...

Et fallait-il que Taylor crée l’égalité, 12 à 12, avec un simple après deux retraits en début de neuvième manche ?

Il fallait le voir pour le croire !

Finalement, c’est le shérif Alex Bregman qui a abattu le dernier de l’autre clan, Kenley Jansen, avec un simple en fin de 10e manche... dans un duel qui a duré plus de cinq heures.

Une victoire de 13 à 12 qui a permis aux Astros de s’envoler vers Los Angeles avec une avance de 3-2, à une seule victoire de sabrer le champagne d’un premier titre en Série mondiale.

Changement de garde

Pendant ce temps-là, les Yankees ont remercié Joe Girardi tandis que les Nationals de Washington ont remplacé Dusty Baker par Dave Martinez, l’ancien adjoint de Joe Maddon.

Les Red Sox ont choisi Alex Cora pour succéder à John Farrell et Mickey Callaway, l’ancien instructeur des lanceurs des Indians est le nouveau gérant des Mets. Il semble que Gabe Kapler soit à la veille d’accéder au poste de gérant des Phillies et Ron Gardenhire sera à la barre des Tigers.


Spectateur chanceux

Lorsque Justin Turner a claqué son circuit décisif en fin de 9e manche du 2e match de la série contre les Cubs, c’est un policier à la retraite du nom de Keith Hupp qui a capté cette balle dans les gradins.

Curieusement, la saison dernière, lorsque Turner a canonné un circuit contre les Cubs en série de championnat, c’était aussi le même gars qui avait eu la chance de capter cette balle !!!

Ce n’est rien de nouveau pour Hupp car, cette saison, il a déjà capté 10 balles résultant de circuits au stade des Dodgers et il en revendique pas moins de 18 au cours des deux dernières saisons.

Bonds, l’un des meilleurs

Que vous l’aimiez ou non, Barry Bonds demeure l’un des meilleurs joueurs de son époque.

Il est d’ailleurs le seul à avoir mérité le trophée du joueur le plus utile à son équipe dans la Ligue nationale avec deux clubs différents, soit avec les Pirates en 1990 et avec les Giants en 1992, 1993, 2001, 2003 et 2004. De plus , il a terminé 2e dans ce scrutin en 1991 et 2000.

Et il détient le record du plus grand nombre de circuits en une saison avec les Giants, soit 73 en 2001 et aussi le record du plus grand nombre de buts sur balles avec 232 en 2004.

Un arbitre excentrique

Jocko Conlan a sûrement été l’un des arbitres les plus excentriques de son époque. Après avoir brièvement joué comme voltigeur avec les White Sox de Chicago, il a été arbitre dans les deux Ligues majeures.

Lors d’un match contre les Cubs, le gérant Léo Durocher a perdu pied en voulant envoyer de la poussière sur Conlan et, ce faisant, il a atteint Conlan à la jambe. Et avant d’expulser Durocher, Conlan a lui-même donné un coup de pied à Durocher !

Une autre fois, alors que Richie Ashburn était au bâton et qu’il critiquait constamment les décisions de Conlan, ce dernier a perdu patience et a dit au frappeur de décider lui-même si les tirs suivants allaient être des prises ou des balles !

Tout un frappeur !

Rares sont les frappeurs qui réussissent un circuit dans un match d’étoiles et encore plus rares sont ceux qui en ont réussi pour les deux ligues.

Frank Robinson a claqué un circuit lors du 2e match des étoiles de 1959 pour la Ligue nationale et en a réussi un autre en 1971, cette fois en défendant les couleurs de la Ligue américaine.