/entertainment/radio
Navigation

Gilles Parent perd son micro de façon définitive au FM93

Gilles Parent
Photo courtoisie Gilles Parent

Coup d'oeil sur cet article

La fin abrupte de Gilles Parent au FM93 s’est confirmée, hier. La direction de Cogeco a écarté de son antenne pour de bon l’animateur visé il y a deux semaines par des allégations d’inconduites sexuelles.

Dans un bref communiqué diffusé en mi-journée, l’entreprise a annoncé qu’elle mettait « fin [à] son association professionnelle avec Les Productions Gilles Parent et son animateur », ajoutant qu’aucun commentaire ne serait fait à ce sujet.

La nouvelle a été accueillie avec émotion tant par les anciens acolytes de Parent que par ses victimes présumées.

Le 19 octobre, cinq femmes, dont deux à visage découvert, dénonçaient dans Le Journal des comportements déplacés qui auraient été posés par l’homme de radio, allant des textos insistants à des attouchements non consentis.

L’émission du retour était depuis animée par Ève-Marie Lortie, recrutée par Parent au début de l’automne, aux côtés de Nicolas Lacroix et Dan Pou. Cette équipe reste en place « jusqu’à nouvel ordre », a indiqué la directrice des communications de Cogeco, Christine Dicaire.

Équipe ébranlée

Le groupe a pris les ondes à 14 h visiblement ébranlé par ce dénouement. « J’ai choisi l’équipe de Cogeco et l’équipe du retour parce qu’il y avait Gilles, a d’emblée reconnu Ève-Marie Lortie. J’aurais aimé sincèrement travailler plus longtemps avec lui », a-t-elle dit en affirmant que « comme animateur radio, il a un talent extraordinaire ».

Son coanimateur Nicolas Lacroix, qui entretient une amitié avec Gilles Parent depuis les 20 dernières années, a comparé la situation à un véritable « deuil », se disant à la fois « fâché » et « peiné ». « Il m’a appris tout ce que je sais sur la radio », a-t-il laissé tomber, la gorge nouée.

« J’ai juste le goût de pleurer pour l’instant. C’est très personnel et je vais en dire le moins possible parce qu’on est dans une période où tout est suranalysé », a pour sa part lâché Dan Pou, un collaborateur de Parent depuis 14 ans.

Longue carrière

De son côté, Gilles Parent sera absent des ondes de Québec pour une rare fois depuis le début de sa carrière, il y a près de 40 ans. Dans une lettre transmise aux médias, vendredi, l’animateur de 57 ans offre ses « sincères » excuses à celles qu’il « aurait » pu offenser.

Parmi ses concurrents, peu d’animateurs se sont étonnés du congédiement. « Ç’a aurait été difficile de se sortir d’une situation comme celle-là », a mentionné au Journal Stéphane Gasse, de BLVD, en saluant le mouvement de dénonciations parmi les victimes présumées de harcèlement sexuel qui se succèdent depuis l’affaire Weinstein.

De son côté, Jérôme Landry, d’Énergie, a estimé que le désistement des commanditaires de Gilles Parent, depuis deux semaines, avait déjà signé la fin de Parent au FM93. « À partir de ce moment-là, ça devient difficile de le ramener », a-t-il souligné.

— Avec la collaboration de Dominique Lelièvre