/news/health
Navigation

Pilule abortive Mifegymiso: Ottawa révise sa politique

Pilule abortive Mifegymiso: Ottawa révise sa politique
Photo Courtoisie, Celopharma

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Il est maintenant possible de prendre le Mifegymiso, une pilule abortive, à jusqu’à neuf semaines de grossesse, comparativement à sept auparavant, a fait savoir mardi Santé Canada.

Le ministère fédéral de la Santé a annoncé quelques changements concernant le Mifegymiso, un médicament qu’elle avait approuvé en 2015.

Ainsi, il n’est plus nécessaire que les professionnels de la santé s’enregistrent afin de prescrire ou de distribuer cette pilule. L’obligation d'obtenir le consentement écrit de la patiente pour utiliser Mifegymiso a aussi été supprimée.

«Il peut maintenant être administré directement aux patientes par un pharmacien ou un professionnel de la santé prescripteur. Comme il a toujours été le cas, les patientes devraient prendre le médicament tel qu’indiqué par leur professionnel de la santé, que ce soit dans un établissement de santé ou à la maison», a fait savoir Ottawa.

Combinaison de médicaments, le Mifegymiso ou pilule RU-486 contient deux médicaments: du Mifépristone et du Misoprostol. Le premier médicament empêche la production de progestérones, des hormones essentielles à la grossesse, alors que le deuxième provoque la contraction de l’utérus et l’expulsion du placenta et du fœtus.

Les changements annoncés ont été pris après un examen rigoureux et approfondi de nouvelles données scientifiques du laboratoire Linepharma, représenté au Canada par Celopharma.

«Celopharma est satisfaite des changements apportés à la monographie de produit et à l'indication. Ces changements approuvés à la monographie de produit et au Plan de gestion de risques ont contribué à faciliter l'atteinte de ces objectifs», a fait savoir l’entreprise.

Cet été, le gouvernement du Québec avait annoncé la gratuité dès cet automne de cette pilule abortive «qui permet de façon pharmacologique d’induire l’avortement spontané, naturel», avait souligné le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.