/news/politics
Navigation

Oxfam-Québec: une vidéo-choc sur les conséquences de l’évasion fiscale

Coup d'oeil sur cet article

Un commando d’hommes déguisés entre dans un hôpital. Leur but: faire le plus de dommages possible.

Les individus masqués et habillés de noir se rendent au chevet des malades, pour les achever. On arrache les intraveineuses, on vole les glacières permettant de transporter des organes, on s’empare de médicaments.

Après avoir saccagé le centre hospitalier, le commando quitte, sans remords, en laissant derrière une scène désolante.

Cette vidéo-choc, produite par Oxfam-Québec, et mise en ligne à la fin du mois d’octobre dernier, est une allégorie montrant les ravages que cause l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux.

«Lorsque les entreprises ne paient pas leur juste part d'impôt, les pays en développement sont privés des fonds nécessaires pour des services vitaux comme les hôpitaux. On estime que chaque année les pays les plus pauvres perdent 100 milliards de dollars de recettes fiscales. Ce sont les personnes les plus pauvres du monde qui souffrent le plus», explique l’organisation.

Inégalités extrêmes

Oxfam-Québec souligne que les inégalités extrêmes constatées dans le monde actuellement sont générées par une «épidémie d’évasion et d’optimisation fiscale qui a atteint une ampleur sans précédent».

Selon les chiffres de l’organisme, 90% des 200 plus grandes multinationales du monde sont présentes dans au moins un paradis fiscal, tandis que les entreprises ont quadruplé leurs investissements dans les paradis fiscaux entre 2001 et 2014.

Par ailleurs, 50 des plus grandes entreprises américaines ont placé 1 600 milliards de dollars sur des comptes offshore en 2015.

Ces montants d’argent déplacés privent les populations de services et réduisent les investissements gouvernementaux dans la population en raison du manque à gagner.