/finance/business
Navigation

Une marge de manœuvre de 2 G$ pour Québecor

Des profits nets de 172 M$ au troisième trimestre pour l’entreprise

Pierre Karl Péladeau
Photo d'archives, Chantal Poirier Pierre Karl Péladeau

Coup d'oeil sur cet article

Québecor est parvenue à dégager un coussin financier de plus de 2 milliards $ ces derniers mois, un geste rendu possible par la bonne performance de Vidéotron et la vente de licences de spectre à l’extérieur du Québec.

L’entreprise dispose aujourd’hui de liquidités s’élevant à 2 milliards $, dont 713 millions $ en espèces ou quasi-espèces, révèlent les résultats du trimestre conclu le 30 septembre dernier.

« Ça nous donne une marge de manœuvre », a déclaré le président et chef de la direction de l’entreprise, Pierre Karl Péladeau.

« En 2003, je n’aurais jamais cru qu’on aurait un jour plus de marge de manœuvre que Bell, mais on y est. Ça nous ouvre beaucoup d’occasions, que nous allons garder confidentielles pour l’instant, mais certainement elles sont là et on y travaille. »

Les profits nets s’élèvent à 171,9 millions de $, soit 1,42 $ par action pour le 3e trimestre, une amélioration de taille pour l’entreprise qui avait subi une perte de 8,3 millions $ (ou 0,07 $ par action) pendant la même période l’an dernier. L’écart est donc favorable de 180,9 millions $ ou 1,49 $ par action. Les revenus ont atteint 1,03 milliard $, en hausse de 3,6 % par rapport à la même période en 2016.

Télécommunications

Le secteur télécommunications a affiché à lui seul une croissance de 30 millions $ de ses revenus, alors que le secteur média a montré une hausse de 9,9 millions $.

« La croissance des résultats de Vidéotron provient une fois de plus de la contribution de ses produits et services à fort potentiel, dont la téléphonie mobile et l’accès internet. Dans le secteur média, la hausse marquée des revenus et de la rentabilité d’exploitation s’explique par l’incidence positive sur nos revenus publicitaires et d’abonnement de notre stratégie de programmation en télédiffusion, de même que par le succès probant des activités des studios MELS au troisième trimestre 2017 », a ajouté M. Péladeau.

Racheter la Caisse

La direction a également fait savoir qu’elle souhaite toujours mettre la main sur les actions que détient actuellement la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans sa filiale Québecor Média, sans toutefois indiquer à quel moment cela pourrait se produire.

« Plusieurs opportunités se présentent à nous, mais nous allons nous abstenir d’en dire davantage », a précisé M. Péladeau, en réponse à la question d’un analyste financier. Québecor est détentrice de 81,5 % des actions de Québecor Média. Elle avait déjà racheté pour 37,7 M$ d’actions en juillet dernier. La CDPQ a déjà détenu près de 45 % des actions de Québecor Média. Sa participation s’élève aujourd’hui à 18,47 % des actions, ce qui vaudrait environ 1,5 milliard $.

Propulsé par ces nouvelles encourageantes, le titre de Québecor (TSE: QBR.B) a crû de 1,68 % à la bourse, en hausse de 82 cents, pour s’établir à 49,74 $.