/finance/stockx
Navigation

Les autres filiales, dont «La Presse», coûtent cher à Power

Le conglomérat a révélé les résultats de son troisième trimestre vendredi

Coup d'oeil sur cet article

​Les filiales, comptant notamment le quotidien La Presse, et la saison des ouragans particulièrement difficile ont nui considérablement à la performance de Power Corporation du Canada, qui révélait vendredi ses résultats du troisième trimestre.

Le conglomérat de la famille Desmarais a enregistré un bénéfice net de 470 M$ (ou 1,02 $ par action) pour le trimestre qui s’est terminé le 30 septembre. L’entreprise avait produit un bénéfice net de 303 M$, ou 0,65 $ par action à la même période l’an dernier.

Depuis le début de l’année financière, le bénéfice net de la société s’est élevé à 1,08 milliard $, contre 623 M$ l’année précédente. Cependant, les « autres filiales » du groupe, qui comprennent notamment La Presse et le Groupe de communications Square Victoria, ont continué d’accroître leurs pertes, qui s’élèvent à 65 M$ depuis le début de l’année, 15 M$ de plus qu’en 2016.

Pour le trimestre qui s’achève, celles-ci se sont chiffrées à 10 M$, contre 12 M$ l’an dernier.

Depuis 2012, ce sont donc près de 330 M$ qu’auraient fait perdre à Power ses « autres filiales », une catégorie figurant dans ses états financiers qui inclut diverses entreprises, dont Groupe de communications Square Victoria, détentrice de La Presse.

C’est cette performance négative qui a récemment poussé l’actionnaire et homme d’affaires Graeme Roustan à encourager les Desmarais à se départir de La Presse. « Pargesa, Square Victoria Groupe de communications et Sagard doivent être considérées comme des activités secondaires qui [...] freinent la croissance future du cours de l’action », avait-il expliqué.

Les ouragans

Plus tôt dans la journée, la filiale Financière Power a annoncé un bénéfice net attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires de 463 millions $, ou 0,65 $ par action au troisième trimestre.

Les ouragans ont notamment mis à mal les résultats de sa filiale Great-West Lifeco. Durant la même période de trois mois de 2016, la société de gestion et de portefeuille avait dévoilé un bénéfice net de 539 millions $ ou 0,76 $ par action.

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires comprend la quote-part de la Financière Power, qui se chiffre à 123 millions $ ou 0,17 $ par action, ainsi que la charge de 175 millions $ qui a plombé les résultats de la filiale Great-West Lifeco en raison d’une saison des ouragans particulièrement dévastatrice.