/opinion/blogs
Navigation

L’extase, le sexe et autres galipettes

L’extase, le sexe et autres galipettes

Coup d'oeil sur cet article

Parler de sexe, en ces temps  troublés, devient objet de gageure ! À une semaine du Salon du livre de Montréal, les lancements tous aussi festifs les uns que les autres se succèdent. Pour accompagner le livre du dessinateur et scénariste Jean-Louis Tripp Extases (Glénat), nous vous suggérons en accompagnement la nouvelle cuvée des Méchants raisins (Mathieu Turbide, Patrick Desy, Élyse Lambert), éditions du Journal, dont le dévoilement eut lieu hier. Un guide agréable avec plein de bouteilles par chères, et de chouettes commentaires.

Sans vices et sans perditions
De note côté, nous avions transporté nos pénates au club échangiste l’Orage, pour une nouveauté très particulière. Après Le magasin général (éditions Casterman), en collaboration avec son fidèle complice Régis Loisel, une vraie saga d’ici qui sera portée sous peu à l’écran, le dessinateur et scénariste Jean-Louis Tripp a ouvert les portes de son intimité et de sa vie sexuelle.   Comme le corps et l’esprit ne font qu’un, ce  «   coming out » libertin salutaire a aussi un message social. «  Comment faire pour raconter cette histoire sans la réduire à un vain étalage de bites et de culs ? ». Un peu comme Poil de carotte de Jules Renard, mais en beaucoup plus coquin, Extases est l’itinéraire d’un homme qui s’assume, va à la conquête, sans pourtant être un conquérant, tout en respectant le genre humain. Ludique, jouissif oui oui, magnifiquement dessiné, cet ouvrage parfois crû, détone avec intelligence, dans la morosité ambiante.

 

Des parties de jambes en l’air il y a, et racontée ainsi ce n’est plus de la fesse consommatrice, mais du grand art.


Si vous passez au Salon du livre, Jean-Louis Tripp y sera comme nos amis des Méchants raisins pour la séance de dédicaces.