/sports/football/rougeetor
Navigation

Rouge et Or: un exploit davantage apprécié

Pour la deuxième fois, Hugo Richard s’est vu décerner le trophée Jeff Russel

Le quart arrière a récolté 2187 verges par la passe et 324 par la course ainsi que sept touchés, un sommet au Québec.
Photo Daniel Mallard Le quart arrière a récolté 2187 verges par la passe et 324 par la course ainsi que sept touchés, un sommet au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Gagnant du trophée Jeff Russel décerné au joueur par excellence de la Conférence Québec pour une deuxième fois au cours de sa carrière, Hugo Richard mesure beaucoup mieux l’ampleur de l’exploit qu’en 2014 à sa saison recrue.

« C’était irréel en 2014, a souligné le quart-arrière du Rouge et Or de l’Université Laval qui avait aussi mis la main sur le titre de recrue par excellence au Québec et au Canada. Avec les années, je réalise plus tous les efforts et le travail derrière ce prix. Après deux années où je n’ai pas gagné, je connais le calibre attendu pour remporter le titre de joueur par excellence. Je voulais bien jouer cette année non pas pour mériter le prix, mais pour aider l’équipe à gagner. »

Richard a reçu son prix sous les yeux de ses parents présents dans la salle, vendredi au PEPS, à l’occasion de la remise des prix majeurs du RSEQ.

« Je ne m’y attendais pas, mais c’est le fun que mes parents aient été présents, a-t-il confié. Je reçois un support hors du commun de ma famille. Mes parents, mes grands-parents, ma blonde et ma sœur qui est à l’autre bout du monde m’appuient. »

Gardienne de l’Olympique de Marseille, sa sœur Gabrielle évolue en première division française après trois saisons au Japon.

Étudiant en génie mécanique

L’étudiant en génie mécanique a récolté 2187 verges par la passe et 324 par la course ainsi que sept touchés, un sommet au Québec.

Richard a lancé 11 passes de touché, a été victime de trois interceptions et a maintenu un taux de succès de 70,3 pour cent.

« Mon taux de passes complétées et mon nombre de revirements sont les deux aspects dont je suis le plus fier, a indiqué le finaliste au trophée Hec Crighton. Je suis plus patient et plus en contrôle dans la pochette. Je peux aller à ma 3e, 4e ou 5e lecture quand la protection est là. J’utilise mon dépanneur quand je n’ai pas d’autre option, un aspect que je ne faisais presque pas dans le passé et un point sur lequel Justin [Éthier] met beaucoup d’emphase. Les porteurs sont dangereux quand ils ont le ballon dans les mains. »

Mieux gérer les risques

Richard a aussi appris à mieux gérer les risques.

« Je prends moins de risques inutiles, a-t-il expliqué, ce qui ne signifie pas que je ne prends pas de risques calculés. Ce sont deux choses différentes. Quand je sors de la pochette, je me débarrasse du ballon rapidement, même si c’est seulement une passe de 4-5 verges. Plus j’ai le ballon longtemps dans les mains, plus les risques de revirement augmentent. »

Glen Constantin a salué les qualités de leader de son pivot et sa gestion de match. « Hugo a vraiment amélioré ses qualités de leader, a mentionné l’entraîneur-chef du Rouge et Or. C’est une chose d’être bon, mais c’en est une autre de rendre les autres autour de toi meilleurs. Il gère bien les matchs et son ratio de touchés versus les interceptions est phénoménal. »

« J’aime ma nouvelle position »

Le quart arrière a récolté 2187 verges par la passe et 324 par la course ainsi que sept touchés, un sommet au Québec.
Photo Simon Clark

 

À sa première saison comme secondeur hybride, Adam Auclair a fait les choses en grand.

Demi de coin dans les rangs collégiaux et demi défensif à sa première saison universitaire l’an dernier, Auclair a été muté de position cette année et les résultats ont été instantanés comme en témoigne son titre de joueur défensif par excellence.

« Il y a tellement de bons joueurs autour de moi qui me facilitent la tâche, a souligné le secondeur hybride du Rouge et Or de l’Université Laval qui avait été sacré recrue par excellence au Québec en 2016. J’aime ma nouvelle position, ce qui m’aide à devenir meilleur de jour en jour. Je suis privilégié de gagner ce prix parce qu’il y a tellement de bons joueurs dans notre Conférence. »

Malgré ses succès, Auclair a vécu une période d’adaptation après le changement adopté au camp de printemps en Floride. « J’ai fait un petit saut au début parce que je n’avais jamais vu un joueur de ligne offensive de ma vie, a-t-il raconté. Après avoir joué comme demi de coin et demi défensif, je peux dire que la position de secondeur hybride est celle que je préfère parce que je suis près du ballon, que je me retrouve dans la boîte défensive et que je peux blitzer. »

« Il a fallu que j’apprenne à prendre des blocs, ajoute le Beauceron qui sera le finaliste au trophée des Présidents. L’an dernier, je jouais souvent dans la boîte et j’ai pu rentrer dans le moule. Comparativement à mes années collégiales à Lennoxville, j’ai pris 20 livres depuis mon arrivée à Laval. »

Constantin emballé

Glen Constantin est emballé de la performance d’Auclair.

« Il a connu une très bonne première année, mais il a explosé à sa nouvelle position, a résumé le pilote lavallois. Quand on l’a recruté, on savait qu’on le voulait dans notre équipe, mais on n’était pas certain à quelle position il allait évoluer. C’est une position complexe, mais il est vraiment polyvalent. Il est physique et il peut “blitzer”. »

Trois en trois

Pour une troisième année consécutive, Mathieu Betts a remporté un prix majeur. Recrue de l’année en 2015, l’ailier défensif est élu joueur de ligne par excellence pour une deuxième saison d’affilée.

« C’est flatteur et on ne s’habitue pas à un tel honneur, mais l’enjeu de la Coupe Dunsmore est pas mal plus important, a souligné l’ailier défensif qui a mis la main sur le trophée J.P. Metras l’an dernier. Je dois à plusieurs ma sélection. Mes entraîneurs Glen (Constantin) et Marc (Fortier) et des coéquipiers comme Vincent Desjardins qui est à mes côtés depuis trois ans et avec qui j’ai développé une bonne chimie et Edward Godin qui est très bon. »

Glen Constantin a su s’adapter au fil des ans

À sa 17e saison à la barre du Rouge et Or, Glen Constantin a été choisi entraîneur de l’année pour une 7e fois au Québec.

Constantin a mené le Rouge et Or à son 12e titre de saison régulière en 13 ans. Il présente une fiche de 119 victoires et 20 revers en saison et un dossier de 44 gains et dix défaites en séries éliminatoires.

À l’animateur de la rencontre de presse Mathieu Quiviger qui lui a demandé s’il avait changé au fil des ans, Constantin a répondu : « J’ai changé beaucoup. Tu dois t’adapter. Au début, j’étais un entraîneur de position trop intense porté sur la technique. Nous sommes dans une business où l’humain est au centre de notre travail. L’interaction avec les joueurs a beaucoup changé. Tu dois être prêt à leur répondre et non pas seulement leur dire quoi faire. Si tu ne changes pas, tu deviens un dinosaure et tu disparais, et je veux continuer à coacher. »

Constantin a une pensée pour ses adjoints. « Je suis honoré, mais c’est une reconnaissance pour tout le groupe d’entraîneurs qui travaille dans l’ombre. »

Recrue par excellence

Kean Harelimana a été couronné recrue par excellence. Il succède à ses coéquipiers Adam Auclair, Mathieu Betts et Hugo Richard qui ont raflé l’honneur au cours des trois saisons précédentes. Partant dans cinq des huit parties, le produit des Cheetahs de Vanier a réussi 23,5 plaqués.

« Je ne m’attendais pas à gagner et je suis agréablement surpris, a dit le joueur défensif par excellence sur la scène collégiale en 2016. Je n’avais pas d’objectifs personnels en début de saison, mais je voulais avoir un impact sur l’équipe. Mon temps comme partant est venu plus vite en raison de blessures malheureuses. Cédric Lussier-Roy et Marc-Antoine Varin m’ont beaucoup aidé.

« En décidant de me séparer de mon frère Brian pour la première fois de ma carrière, je voulais vivre une expérience différente, poursuit Harelimana. Même s’il y a eu des moments difficiles au départ, je n’ai jamais regretté ma décision. Glen est comme un 2e père et il a fait tout ce qu’il avait dit à mes parents. »

Kean et Brian ont respecté une trêve du silence cette semaine et ils se parleront uniquement après la Coupe Dunsmore.

Les récompenses

•Trophée jeff russel : (joueur par excellence)

Hugo Richard - quart-arrière, Laval

•Recrue de l’année :

Kean Harelimana - secondeur, Laval

•Joueur défensif :

Adam Auclair - secondeur hybride, Laval

•Joueur de ligne :

Mathieu Betts - ailier défensif, Laval

•Prix de leadership et engagement

social :

Joël Houle - ligne offensive McGill

•Recrue offensive :

- Daniel Adesegun - porteur de ballon, McGill

•Recrue défensive :

Khadeem Pierre - demi de coin, Concordia

•Joueur des unités spéciales :

- Félix Ménard-Brière 0 botteur de dégagement, Montréal

•Entraîneur :

- Glen Constantin - Laval