/travel
Navigation

Quand l’histoire entre au château

Le château de Frontenac fait bonne figure auprès des nombreux visiteurs.
Photos courtoisie Le château de Frontenac fait bonne figure auprès des nombreux visiteurs.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque vous êtes à l’étranger et dites que vous habitez la ville de Québec, le nom qui vient en premier à la bouche de votre interlocuteur est celui du Château Frontenac.

Oui, ce château qui domine le Saint-Laurent a bonne presse auprès des ­Américains, des Européens et des ­Asiatiques. Il est d’ailleurs l’hôtel le plus photographié au monde. Mais les ­Québécois connaissent-ils vraiment leur château ? Le voient-ils simplement comme une icône touristique ? L’entreprise Cicerone Tours de Québec offre des tours guidés en compagnie de personnages célèbres de l’histoire afin de retracer le passé de cet illustre château. On y apprend des faits historiques, on découvre des anecdotes, des secrets d’alcôve et on se retrempe dans l’atmosphère romantique du siècle dernier.

L’entreprise Cicerone Tours offre 
des tours guidés en compagnie de 
personnages célèbres de l’histoire, 
comme le comte de Frontenac.
Photos courtoisie
L’entreprise Cicerone Tours offre des tours guidés en compagnie de personnages célèbres de l’histoire, comme le comte de Frontenac.

Série d’hôtels

Ce château, construit près de la Citadelle de Québec, est le premier d’une série d’hôtels du même style construits par les compagnies ferroviaires canadiennes à la fin du 19e siècle afin de populariser les voyages en train. « C’était la période romantique, exprime le comte de Frontenac qui nous accompagne lors de cette visite. On voyageait en train à travers le Canada, pendant toute une semaine et on venait séjourner au Château Frontenac. En 1895, il en coûtait la somme de 1.75 $ pour y passer la nuit. » Ce château – qui s’inspire des châteaux de la Loire – appartient à un ensemble de forteresses du même genre, tels le Banff Spring Hôtel, le Château Lake Louise et le Château Laurier à Ottawa.

Hôte d’illustres personnages

C’est en 1892 qu’a débuté la construction du Château Frontenac. Conçue d’après les plans de l’architecte Bruce Price, qui avait réalisé la gare Windsor à Montréal, la forteresse était faite au départ pour être agrandie. Plusieurs ajouts ont été faits au fil des ans et la tour centrale de 18 étages a été construite en 1924.

Une galerie de photos, au 
2e étage, illustre la célèbre 
conférence de Québec de 1943
Photos courtoisie
Une galerie de photos, au 2e étage, illustre la célèbre conférence de Québec de 1943

Le Château a été l’hôte d’illustres personnages, nous apprend le comte de Frontenac, qui a été gouverneur de la Nouvelle-France à deux reprises. Parmi les 611 chambres de l’hôtel, on y trouve des suites célèbres : les Suites Reagan, Trudeau, Churchill, Roosevelt... Le premier ministre du Québec Maurice Duplessis a eu son bureau dans l’édifice. On y a tourné plusieurs films, dont La loi du silence d’Alfred Hitchcock. On y a tenu des événements secrets, tels que la conférence de Québec en 1943, à laquelle ont participé Winston Churchill, Franklin D. Roosevelt et Mackenzie King pour discuter de stratégie lors de la Seconde Guerre mondiale. « Tout cela s’est passé au salon rose », nous indique le comte de Frontenac en ouvrant la porte de cette pièce célèbre. « Le ­château a été vidé complètement et on a fait courir la rumeur que le pape venait nous visiter. »

Le salon rose, pièce célèbre pour 
avoir tenu en ses lieux plusieurs 
événements secrets.
Photos courtoisie
Le salon rose, pièce célèbre pour avoir tenu en ses lieux plusieurs événements secrets.

Au deuxième étage, le comte de Frontenac nous permet d’avoir accès à toute une galerie de photos prises lors de cette Conférence de Québec. On y voit également les photos des vedettes qui ont séjourné à l’hôtel.

Histoires d’amour

Le Château a aussi été la scène de belles histoires d’amour, que nous ­racontera notre guide. Quant à ce dernier, on dit que son fantôme hante toujours un ascenseur de l’hôtel.

Il est aussi possible de visiter l’hôtel en compagnie du Chevalier de Lévy, de madame Anne de la Grange Trianon, l’épouse de Frontenac, ou avec Kate Armour Reed (1856-1928), la première décoratrice au Canada qui a créé les intérieurs de grands hôtels canadiens, dont ceux du Canadien Pacifique.

Sans doute aurons-nous l’occasion de croiser ces personnages en 2018, car le Château célébrera son 125e anniversaire avec un programme d’activités qui se déroulera toute l’année.

« Cet anniversaire permettra de ­célébrer notre héritage, la richesse de notre histoire, affirme le directeur ­général Robert Mercure. Et les ­Québécois seront de la partie. Les amis du Château comptent 27 000 membres », dit fièrement monsieur Mercure.


Repères

  • 1 855 977-8977 ou 418 977-8977