/news/education
Navigation

Toronto: sortir les policiers des écoles, suggère un rapport

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO - Un rapport déposé par la plus grosse commission scolaire au pays prône l’abolition d’un programme controversé qui a permis l’implantation d’une présence policière dans plusieurs écoles secondaires de Toronto ces 10 dernières années.

Le Conseil scolaire du district de Toronto a publié son document vendredi, mais la mise au rencart recommandée doit être approuvée par les commissaires qui la dirigent, a rapporté le «Toronto Star», samedi.

Le document présente les résultats d’une évaluation qui a été conduite cet automne et qui s’est déroulée sur une période de six semaines dans des écoles du Conseil où sont travaillent des policiers.

Environ 57 % des 15 500 étudiants interrogés ont eu une impression générale positive du programme, mais 46 % n’étaient pas certains de vouloir que ce projet se poursuive. De plus, 11 % des répondants ont mentionné que la présence policière dans les écoles les intimidait et 14 % ont dit qu’ils se sentaient surveillés et visés.

Le Conseil scolaire du district de Toronto s’est donc dit préoccupé par ces milliers de jeunes qui ont dit se sentir mal à l’aise, intimidés et même ciblés par les policiers qu’ils côtoient sur une base quotidienne.

Selon le rapport, des milliers d’étudiants se sentent moins en sécurité, moins bienvenus à l’école et moins disposés à l’apprentissage en raison de ce programme qui existaient l’an dernier dans 45 des 112 écoles de la commission scolaire.

Certains groupes avaient affirmé que cette initiative était discriminatoire, puisque les policiers se retrouvaient surtout dans des écoles avec des élèves noirs ou issus d’autres minorités.

Le mouvement Black Lives Matter, qui a milité pour que les policiers soient retirés des écoles torontoises, a applaudi le rapport et la recommandation de l’administration du Conseil scolaire du district de Toronto.