/news/society
Navigation

Abus des aînés : les comités des usagers critiquent la CSQ concernant les caméras vidéo

Abus des aînés : les comités des usagers critiquent la CSQ concernant les caméras vidéo
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les comités des usagers du Québec dans le secteur de la santé et des services sociaux croient que la CSQ «fait preuve de mépris envers les usagers et leur famille» lorsqu’elle s’oppose à l’utilisation de caméras vidéo par les patients pour surveiller les employés de CHSLD.

«Accepter les propositions de la CSQ sur l’encadrement des caméras en CHSLD, c’est ouvrir à nouveau la voie à des abus», a dénoncé Pierre Blain, directeur général du Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU), par communiqué, lundi.

«La CSQ fait preuve de corporatisme au détriment des droits des usagers les plus vulnérables», a-t-il ajouté.

L’adoption éventuelle de ce règlement concernant l’utilisation de caméra vidéo viendrait préciser une des mesures phares de la loi sur la maltraitance envers les aînés, adoptée en mai dernier.

Revoir les mécanismes

Dimanche, la Centrale des syndicats du Québec proposait de «revoir en profondeur» les mécanismes des centres de surveillance en CHSLD.

«C'est la responsabilité des établissements d'assurer la sécurité des usagers et celle du gouvernement de fournir les ressources nécessaires afin d'assurer la qualité des services», avait indiqué Louise Chabot, présidente de la CSQ.

«Il est troublant qu'une société confie aux familles, souvent épuisées et démunies, la responsabilité de surveiller la sécurité et la qualité des soins», avait-elle ajouté.

Des arguments que le RPCU a rejetés du revers de la main.

«Le RPCU demande instamment à la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation d’ignorer les demandes syndicales et d’aller de l’avant avec le règlement», a conclu Claude Ménard, président du RPCU.