/entertainment/events
Navigation

Un voyage dans le temps avec Blue Suede Show au Capitole

Blue Suede Show
Photo courtoisie Nicolas Drolet, Mélissa Bédard, Dominic St-Laurent et Gabrielle Destroismaisons sont les chanteurs vedettes de la revue musicale Blue Suede Show.

Coup d'oeil sur cet article

Après deux résidences estivales couronnées de succès à L’Assomption, la revue musicale Blue Suede Show, qui met en vedette Mélissa Bédard, Gabrielle Destroismaisons, Dominic St-Laurent et Nicolas Drolet, s’amène à Québec avec un spectacle bien rodé.

Présenté au Théâtre Hector-Charland ces deux derniers étés, le spectacle prend la route et s’arrête mercredi, pour un seul soir, au Capitole de Québec.

Blue Suede Show est un spectacle qui met en vedette quatre chanteurs, quatre danseurs et danseuses et quatre musiciens.

« C’est l’histoire d’un jeune homme, Victor, qui reçoit en héritage la cordonnerie de son grand-père. Il y a une condition, et c’est de retrouver, en 24 heures, les propriétaires de chaque chaussure qu’il reste dans le commerce. Et chaque paire de souliers a un lien avec une chanson et une époque », a raconté Gabrielle Destroismaisons lors d’un entretien.

Un voyage avec 94 extraits de chansons où l’on pourra entendre, entre autres, des airs des Beatles, de Michael Jackson, Félix Leclerc, Dolly Parton, Shania Twain, Céline Dion, David Bowie et Coldplay.

« C’est un show grand public, avec 94 chansons que les gens connaissent et de toutes les époques. C’est un spectacle qui est énergisant, qui fait du bien et est aussi, par l’histoire, très touchant », a-t-elle expliqué.

Un spectacle où Gabrielle Destroismaisons chantera Shania Twain et aura pour défi de s’attaquer à la pièce The Prayer, de Céline Dion.

« C’est devenu un de mes meilleurs moments du spectacle, même si c’était celui que je redoutais le plus. J’avais peur de ne pas être capable de la faire », a-t-elle laissé tomber.

Sortir de sa zone de confort

Un autre défi que la chanteuse a dû relever, pour Blue Suede Show, est celui d’apprendre des chorégraphies et de danser en chantant.

« J’ai toujours l’impression, lorsque je me lance dans un nouveau projet, que je ne serai jamais à la hauteur, même si ça fait longtemps que je fais ça. Je doute parfois de mes capacités et c’est sans doute en raison d’un manque de confiance. Je réalise que ce spectacle est un cadeau que j’ai eu dans ma vie. Ça m’a fait grandir et sortir de ma zone de confort », a-t-elle fait remarquer.

Après trois albums, dont un dernier lancé en 2004, Gabrielle Destroismaisons continue de se produire en solo.

« Le paysage musical et la façon de consommer de la musique ont beaucoup changé. Nous sommes dans une période d’adaptation et de transformation où l’on doit s’adapter à une nouvelle réalité. C’est une période excitante, mais aussi épeurante. J’aimerais, éventuellement, refaire de la musique. C’est clair que je vais refaire des projets. Il faut juste que je rencontre les bonnes personnes », a-t-elle fait savoir.