/news/society
Navigation

Délit de fuite: le fils de Gaétan Barrette comparaît

Délit de fuite: le fils de Gaétan Barrette comparaît
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Le fils du ministre de la Santé Gaétan Barrette a brièvement comparu mardi, en lien avec un délit de fuite survenu le mois passé dans l’arrondissement Plateau-Mont-Royal

Geoffroy Barrette, 23 ans, n’a pas eu à se présenter en personne au palais de justice de Montréal. Comme c’est majoritairement le cas pour les accusés en liberté, il était plutôt représenté par son avocate Nadine Touma.

À cette étape-ci des procédures, le fils du ministre Barrette n’a pas enregistré de plaidoyer. Son avocate s’est contentée de recevoir la preuve de la Couronne, qu’elle analysera d’ici la prochaine audience en janvier.

Il est accusé de délit de fuite dans une collision ayant causé des lésions, ainsi que de conduite dangereuse. 

Le jeune Barrette avait été arrêté vers 5 h du matin, le 13 octobre dernier. Quelques heures plus tôt, la police avait été prévenue qu’un véhicule avait heurté un cycliste à l’intersection des rues Rachel Est et Saint-Dominique.

Après l’impact, le VUS du ministre Barrette a été trouvé tout près du domicile de son fils, garé à la hâte.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Après l’impact, le VUS du ministre Barrette a été trouvé tout près du domicile de son fils, garé à la hâte.

Selon une infirmière qui se trouvait sur les lieux après la collision, le jeune cycliste semblait sonné. Elle avait dit au Journal que le cycliste ne portait pas de casque, et qu’il était habillé en noir.

Après la collision, le cycliste avait été transféré à l’hôpital, mais les autorités ne craignaient pas pour sa vie.

Le conducteur aurait continué sa route, mais grâce à des témoins, les policiers avaient rapidement retrouvé le véhicule qui s’avérait être le VUS du ministre de la Santé Gaétan Barrette, qui aurait été conduit par son fils.

«Je suis choqué et mes premières pensées ont été immédiatement pour la victime et ses proches, avait réagi le ministre Barrette peu après l’événement. Mon fils, que j’accompagnerai comme tout parent, devra maintenant répondre de ses actes».