/sports/fighting
Navigation

George St-Pierre était inquiet pour sa santé

Canadiens c Blue Jackets
Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal Georges St-Pierre avec Max Pacioretty lors de la première période du match opposant les Canadiens de Montréal et les Blue Jackets de Columbus au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

On savait que Georges St-Pierre avait connu un camp d’entraînement difficile en préparation de son combat de championnat du monde, mais pas à quel point.

«J’étais inquiet pour ma santé, le combat c’était le dernier de mes soucis», a révélé St-Pierre avant d’être présenté à la foule du Centre Bell avant le match contre les Blue Jackets pour souligner sa conquête du titre des 185 livres face à Michael Bisping.

Le public l’a chaleureusement applaudi au son de We are the champions de Queen. On parle de son retour triomphal comme l’un plus grands de l’histoire tous sports confondus, comme ceux de Mario Lemieux et Michael Jordan.

St-Pierre savourait le moment pleinement, tout sourire, brandissant sa ceinture.

On peut le comprendre, car le chemin vers le titre a été pénible, parfois insupportable.

Aux prises avec une sévère gastro, St-Pierre perdait du poids et vomissait tous les jours.

«Ça m’a mis complètement à terre pendant deux semaines et demie, dit-il. C’était à un mois du combat, en plein dans la phase la plus importante de l'entraînement où tu fais le plus de volume et d’intensité. Je l’ai scrappé au complet.»

Tentant de reprendre du poids, il se forçait à manger. Son système était tellement déréglé qu’il a constaté la présence de sang. C’est à ce moment que le combat est devenu secondaire. Le stress l’a envahi.

«Mais je suis allé passer des tests et ils sont revenus négatifs, aucune indication comme quoi j’avais un cancer ou un ulcère», a-t-il raconté, soulagé.

«Pourquoi tu vas te battre?»

Son état de santé a inquiété beaucoup de monde autour de lui, dont Kristof Midou, un mentor pour le champion québécois.

«Il était vraiment pas content, me disait pourquoi tu vas te battre? Il voulait que j’annule le combat. Peut-être qu’il n’aurait pas dû dire ça, mais il est comme ça Kristof, très émotif et expressif. Mais moi en même temps, ce qu’il a dit, ça m’a lancé un défi. Je voulais lui prouver le contraire. Ça m’a motivé encore plus.»

Après la pesée, St-Pierre a tout fait pour se rendre à 200 livres le jour du combat, sans succès.

«J’ai dit à mon coach de nutrition, qu’est-ce qu’on va faire? Il m’a dit: t’inquiètes pas, l’important c’est que tu sois bien hydraté, et tu l’es très bien je peux te le garantir.»

St-Pierre n’a toujours pas décidé ce qu’il fera. Son contrat avec le UFC l’oblige à défendre sa ceinture des 185 livres contre Robert Whittaker.

«Je suis comme sur un nuage, je viens juste de redescendre un peu, dit-il. Je n’ai pas encore parlé aux dirigeants du UFC. Ça change très rapidement dans ce sport. Je vais devoir réfléchir à ça. Les vacances vont m’aider à voir un peu plus clair. Il s’est dit beaucoup de négatif au sujet de mon retour, beaucoup de gens n’y croyaient pas dont plusieurs de mes proches. Mais j’ai fait mes devoirs j’ai fait tout ce qu’il fallait. Je suis allé dans le combat sans aucun regret.»

Les prochaines semaines, il se reposera. Où? Il garde le secret.

«Quelque part d’exotique où il fait chaud, avec une belle plage, l’océan et de la bonne nourriture, dit-il. Je peux pas vous dire où je vais exactement, car avec les réseaux sociaux, tous les fans voudront prendre des vacances au même endroit. Alors pour moi ce ne serait plus des vacances...»