/news/provincial
Navigation

Le Casse-Croûte du Vieux-Moulin à Pont-Rouge fait peau neuve

Le Casse-Croûte du Vieux-Moulin  à Pont-Rouge fait peau neuve
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Véritable institution dans le monde de la poutine, le Casse-Croûte du Vieux-Moulin, à Pont-Rouge, est en train de subir une métamorphose en profondeur.

Une pelle mécanique s’est attaquée au bâtiment le 12 octobre, trois jours après la fermeture annuelle pour la saison froide.

«On est déjà reconstruit jusqu’au plafond», lance Marie-Pier Boudreault, copropriétaire depuis 10 ans de l’établissement avec son conjoint Frédéric Bussières. Ils investissent 600 000$ dans l’aventure.

Lorsque le casse-croûte a vu le jour en 1972, il était constitué de la traditionnelle «roulotte à patates», à laquelle deux annexes ont été ajoutées avec le temps. Et comme l’endroit n’a cessé de gagner des adeptes, il montrait des signes évidents de vétusté.

«Nous n’étions plus capables de servir plus de monde. Si on ne faisait pas de changements, le temps d’attente serait devenu interminable», précise celle dont le commerce sert annuellement environ 200 000 personnes.

Les sauces en vente

La nouvelle bâtisse bénéficie maintenant d’un sous-sol avec monte-charge qui permettra à l’entreprise de continuer à offrir du «fait maison et de couper ses légumes sur place.»

Le menu va demeurer le même à part quelques ajouts. «Nos sauces maison seront en vente au comptoir, on se le faisait demander souvent», dit Mme Boudreault. Des aliments plus santé, comme des wraps au poulet, pourraient être éventuellement offerts, mais que les amateurs de frites et de fromage ne déchirent pas leur chemise, s’ils font leur apparition, ils seront disponibles en assiette avec la poutine!

Plus de place

La façade de la nouvelle bâtisse sera réservée au casse-croûte, le bar laitier sera déplacé sur le côté, face à la rivière, et les toilettes se retrouveront à l’arrière.

Une terrasse comptant 14 tables sera aménagée sur le toit. La terrasse, le long de la rivière, sera rebâtie et agrandie. Le casse-croûte comptera désormais 35 tables et pourra donc accueillir environ 140 personnes. Une demande a aussi été faite à la compagnie Telus, propriétaire d’un terrain voisin, pour pouvoir y installer une aire de jeu pour les enfants et quelques tables supplémentaires.

«Nous avons bâti le carré le plus grand que nous permettait le terrain. On est accoté sur toutes les servitudes», raconte Mme Boudreault. Le prix à payer sera la perte de deux espaces de stationnement.

Le confort des employés, à l’époque où le recrutement est devenu si difficile, est aussi entré en ligne de compte. «On aime garder nos employés longtemps. Il fallait mettre de la ventilation et des plafonds plus haut. Il faisait parfois 50°C dans la cuisine et il est arrivé que des employés partent en ambulance à cause de la chaleur», rappelle Mme Boudreault.

Rendez-vous en mars

Pas question cependant, «pour des raisons de rapidité» d’accepter les cartes de crédit ou de débit. «Il n’y a à peu près personne qui a ça dans le saisonnier», précise Mme Boudreault.

Dorénavant le client payera après avoir passé sa commande plutôt qu’en la recevant, ce qui devrait aider à accélérer le service selon les propriétaires.

Les amateurs de poutine devront patienter jusqu’au tout début du printemps avant de pouvoir se régaler à nouveau. Les propriétaires prévoient conserver la même période d’opération que par le passé, et comme à l’habitude ouvrir si aucun problème particulier ne se présente- un peu après la mi-mars.