/finance/business
Navigation

Le Chantier Davie reçoit de nouveaux appuis

Des centaines d’emplois sont menacés au chantier Davie en raison de la livraison imminente du ravitailleur Astérix au gouvernement fédéral.
Photo d'archives JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Des centaines d’emplois sont menacés au chantier Davie en raison de la livraison imminente du ravitailleur Astérix au gouvernement fédéral.

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti conservateur se porte à son tour à la défense du Chantier Davie et des centaines d’emplois menacés par la livraison imminente du ravitailleur Astérix au gouvernement fédéral.

Avec la fin de ce lucratif contrat, Chantier Davie a signalé qu’il devrait se départir de 800 de ses 1200 travailleurs avant Noël faute de pouvoir remplir davantage son carnet de commandes.

Dans une sortie médiatique, jeudi, l’opposition conservatrice a réclamé du gouvernement Trudeau qu’il s’engage rapidement pour confier au constructeur québécois un autre contrat pour la conversion du ravitailleur Obélix, un projet évalué à 600 M$.

«Le Chantier naval Davie a déjà fait ses preuves pour livrer la marchandise dans les temps et sans dépassements de coûts. C'est démontré qu'il y a un besoin urgent, donc il n'y a aucune raison d'attendre à part les embûches administratives», a plaidé le lieutenant de la formation politique au Québec, Alain Rayes, exigeant un «signal fort» du gouvernement.

La Chambre de commerce de Lévis a de son côté réclamé un «traitement équitable» pour la Davie en rappelant que le fédéral avait octroyé ces dernières années «plusieurs dizaines de milliards de dollars» à des joueurs de l’industrie en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse.

Il y a une semaine, les élus de l’Assemblée nationale ont adopté à l’unanimité une motion demandant au gouvernement fédéral de donner au Québec «sa juste part des contrats fédéraux».