/finance/business
Navigation

Les travailleurs étrangers à la rescousse des restaurateurs

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Fermé depuis septembre en raison d'un manque de personnel, le restaurant Le Vincenzo, situé en plein cœur du centre-ville de Trois-Rivières, pourrait bientôt rouvrir grâce à l'arrivée de travailleurs étrangers.

«On est en train de faire des démarches au Mexique. J'ai des employés qui vont s'en venir en janvier ou février 2018», a affirmé Mario Vincent, propriétaire des restaurants Vincenzo, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Même avec ces nouveaux employés, il n'est pas assuré de pouvoir garder ses deux restaurants ouverts. «Je suis en réflexion, ça va dépendre de ce qui va arriver avec mes immigrants», a ajouté M. Vincent.

«Ça fait partie de nos pistes de solutions», a ajouté Claude Gauthier, ex-président de l'Association des restaurateurs du Québec et propriétaire du restaurant Le Castel des Prés.

Il est loin d'être le seul restaurant à avoir un besoin criant de personnel. En Mauricie, comme partout en province, il s'agit de l'enjeu numéro 1. Avec le temps des Fêtes qui approche, les restaurateurs espèrent presque un miracle.

«Ce n’est pas catastrophique, mais on est serré. S'il y a quelqu'un de malade, on est tous dans le jus», a poursuivi Claude Gauthier.

Quelque 70 % des restaurateurs au Québec sont touchés par la pénurie de main-d'oeuvre. C'était d'ailleurs le sujet discuté lors de leur rendez-vous annuel qui avait lieu ce mardi à Trois-Rivières.

Le partage des pourboires entre le personnel en cuisine et les serveurs est une des solutions envisagées.