/news/politics
Navigation

Nouveau site web du gouvernement: de la «propagande», selon l’opposition

«C’est un outil de relation publique pour faire de la propagande», a déclaré le député conservateur Alain Rayes.
Photo d'archives Agence QMI, YVES CHARLEBOIS «C’est un outil de relation publique pour faire de la propagande», a déclaré le député conservateur Alain Rayes.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | L’opposition conservatrice qualifie de «propagande payée par l’argent des contribuables» un site web lancé mardi par le gouvernement Trudeau où on peut suivre ses progrès dans la réalisation de ses promesses.

«C’est un outil de relation publique pour faire de la propagande», a dit le député québécois Alain Rayes.

Mise en place par le Bureau du Conseil privé – le ministère du premier ministre – la plateforme canada.ca/resultats rend compte publiquement des avancées de chacun des ministres par rapport aux engagements qui figurent dans leur lettre de mandat.

Ces lettres sont distribuées aux ministres au moment de leur entrée en fonction et énoncent les attentes du premier ministre à leur endroit.

La mise en ligne du site web a fait rager tous les partis d’opposition, qui y voient une façon pour le gouvernement de redorer son image.

«C’est un peu comme si on donnait le soin aux étudiants universitaires de s’évaluer eux-mêmes», illustre le néodémocrate Alexandre Boulerice.

«C’est un outil qui manque d'objectivité et qui sert des intérêts de promotion du gouvernement, et non pas de transparence, comme ils voudraient nous le faire croire», estime pour sa part le bloquiste Xavier Barsalou-Duval.

La plateforme mise ne ligne mardi matin indique notamment le niveau de progression des priorités libérales, en les situant sur une échelle qui va de «complété totalement» à «n’est plus envisagé».

Mais pour l’opposition, certaines évaluations sont carrément trompeuses.

Par exemple, la promesse d’équilibrer le budget en 2019-2020 a été placée dans la catégorie «en cours - avec défis».

«C’est de la malhonnêteté intellectuelle, a dit M. Rayes. C’est prendre la population pour des imbéciles. Ils essaient de nous faire croire que c’est un défi, mais c’est insurmontable à ce point-ci.»

Rappelons que le ministre des Finances Bill Morneau a remis aux calendes grecques l’atteinte de l’équilibre budgétaire, il y a quelques semaines à peine.

Invité à commenter, le bureau du ministre Morneau nous a simplement référé au site web en question. On y stipule en somme que le budget ne sera pas équilibré en 2019 comme promis à cause de la chute des prix du pétrole et de la croissance économique mondiale atone.

Au total, le site web répertorie un total de 364 engagements.

D’autres conclusions sur l'avancement de promesses sont très discutables, selon l’opposition, comme celles d’améliorer l'accès à l'information (en cours) et d’offrir plus de liberté aux députés lors des votes (réussis).

«Les députés libéraux sont rarement vus sortant du rang», estime Xavier Barsalou-Duval.

Le porte-parole du premier ministre, Cameron Ahmad, soutient que la plateforme est un outil de «transparence» et «d’ouverture».

«Les Canadiens devraient avoir à portée de main les meilleurs outils possibles pour nous demander des comptes», a fait savoir par communiqué Justin Trudeau plus tôt en journée.

À l’heure actuelle, le site indique que 67 engagements ont été complétés, 231 sont en cours de réalisation et 3 ont été abandonnés, dont celui de la réforme électorale.

– Avec la collaboration de Maxime Huard