/opinion/blogs
Navigation

Nudité dans les vestiaires des piscines publiques : OUI

Nudité dans les vestiaires des piscines publiques : OUI
Picasso

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Brossard vient d’interdire toute nudité à l’intérieur des vestiaires de ses piscines publiques.

Je me disais bien que ça s'en viendrait. Dans le vestiaire des femmes de la piscine de mon enfance, ils ont affiché des petites pancartes avertissant les nageuses de ne pas se mettre trop à poil, qu’il y a quand même des enfants dans les parages...

Enfant, j’allais à la piscine au Centre Lucien-Borne, à côté de chez nous. Dans le sauna, nous, les flounes, restions en costume de bain, mais la majorité des madames se faisaient chauffer nues sur les bancs de bois. Leurs corps me fascinaient. Des gros corps. Des vieux corps. Des maigres avec les seins tombants. Des femmes dans la trentaine avec un visage superbe et de la cellulite plein les fesses. Des femmes toutes minces avec une bedaine molle qui avait enfanté. Des poilues d’ici, des poilues de là. Toutes avec cet air de ne pas remarquer que leurs rides de corps, leur bourrelets et leurs poils n’étaient pas cachés à nos chastes yeux. Leur assurance dans leur nudité me troublait. Elles étaient complètement présentes en corps. Leur absence de pudeur malgré leur "défauts" physiques faisait état d'une indifférence altière, complètement magnétique et inspirante.

Des corps de femmes ordinaires, des corps qui m’annonçaient en plusieurs déclinaisons ce qu’allait devenir le mien. J’aimais les regarder à la dérobée (je me croyais subtile, je ne l’étais probablement pas pantoute). Ces corps n’avaient rien à voir avec toute cette peau plastique que je voyais partout en photo - les pubs dans les Châtelaine de ma mère, les filles sur les panneaux publicitaires dans la ville, les actrices de films américains, toujours ce même corps partout et dont on pouvait voir absolument n’importe quelle partie sauf le sexe et l’aréole des seins, mais toujours parfaitement lisse et droit et barbie-esque, ce corps auquel à peu près personne de mon entourage ne ressemblait de près ou de loin. Aujourd’hui, cette femme est encore plus omniprésente que dans les années 80. Et il y a une nouveauté supplémentaire : aujourd’hui, l’âge moyen auquel nos enfants regardent leur premier clip de porn, c’est 12 ans.

Le directeur adjoint aux services des loisirs à la Ville de Brossard a raconté au Devoir : « on a eu plusieurs plaintes, des parents avec des enfants qui ne voulaient pas que l’enfant soit exposé au corps de l’autre personne ». Ah, c'est bien vrai. Il ne faudrait surtout pas que nos enfants voient des vraies personnes avec des vrais corps dans de vrais endroits où vivent les gens. Ça pourrait les traumatiser de voir des chairs nues non chirurgiées ni photoshoppées. Un peu de pudeur, svp.