/news/society
Navigation

Pour ou contre la nudité dans les vestiaires?

bloc vestiaire
clsdesign - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

La décision de la Ville de Brossard d’interdire la nudité dans les vestiaires de ses piscines municipales a fait beaucoup de vagues aujourd'hui. On a demandé l’opinion de deux sexologues, qui ont des avis complètement différents sur le sujet.

Les milléniaux ont beau avoir été exposés à la pornographie toute leur vie, il n’en demeure pas moins qu’ils sont plus pudiques que les générations précédentes.

Quiconque a déjà fréquenté un vestiaire le sait. Pendant que les plus jeunes ont la serviette bien attachée autour de la taille, les plus vieux parlent de la pluie et du beau temps, nus comme des vers, au beau milieu des casiers. Apparemment qu’il en est aussi ainsi chez les dames.

«Pour les gens de ma génération qui ont connu la révolution sexuelle, la nudité n’est pas synonyme de sexualité. On se fout un peu de ce qu’on a l’air tout nu. Mais les plus jeunes, eux, ont toujours été exposés à la performance. Ils se comparent toujours. Ça finit par créer de la gêne», observe Jocelyne Robert, sexologue clinicienne.

«Un changement générationnel» C’est comme ça que la Ville du Dix30 justifie officiellement sa décision d’interdire toute nudité dans les vestiaires, homme comme femme, de ses piscines municipales, après avoir reçu de nombreuses plaintes.

Nudité et sexe vont-ils ensemble?

Une décision qui fait bondir Mme Robert, qui croit qu’il n’y avait pas matière à légiférer. «La nudité, dans ce cas-ci, n’a rien de sexuel. Au contraire, en l’interdisant, ça le devient. Tout ce qu’on ne voit pas devient toujours plus excitant.»

Jocelyne Robert
<b>Jocelyne Robert</b>
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin
Jocelyne Robert

Mario Larivée-Côté, lui, est plutôt d’avis que nudité et sexualité sont indissociables. Selon l’expert en délinquance sexuelle, la nouvelle règlementation évite bien des malentendus homoérotiques en plus de s’attaquer au fameux complexe du vestiaire. «Les petits gars qui sont gênés de la taille de leur pénis n’ont peut-être pas envie d’aller prendre leur douche avec les autres, mais ils se sentent obligés.»

Mario Larivée-Côté
Mario Larivée-Côté, Sexologue
photo courtoisie
Mario Larivée-Côté, Sexologue

Les enfants dans les vestiaires, un sujet délicat

Mario Larivée-Côté garde toujours à l’esprit qu’un vestiaire reste un endroit de prédilection pour toutes personnes mal intentionnées, surtout que plusieurs pères y trainent leurs enfants avant et après le cours de natation. «Avec les cellulaires aujourd’hui, n’importe qui peut prendre une photo de vous ou de votre enfant. Même quand quelqu’un se change sans arrière pensée sexuelle, un enfant peut voir ça et être troublé.»

«Où on s’en va si on n’a plus confiance en personne?», rétorque Jocelyne Robert. Pour celle qui a écrit un livre sur le sujet, la lutte à la pédophilie passe avant tout par l’éducation et la surveillance des parents plutôt que par la paranoïa.

Être nu avec son enfant

«Une petite fille peut être troublée quand elle voit un pénis pour la première fois», admet-elle. En ce sens, qu’un enfant ait déjà vu ses parents nus n’a rien d’offensant.

«Qu’un enfant entrevoit son père ou sa mère nus dans le vestiaire, sous la douche ou à la toilette, c’est tout à fait normal. Mais ça doit rester circonstanciel, jamais provoqué.»

«Dès que le parent ou l’enfant devient inconfortable avec cette situation, ça doit immédiatement cesser», ajoute Jocelyne Robert. 

Là-dessus, Mario Larivée-Côté est d’accord.