/sports/opinion/columnists
Navigation

Une saison mémorable

La recrue Aaron Judge, des Yankees, a connu une saison extraordinaire avec 52 coups de circuit.
Photo AFP La recrue Aaron Judge, des Yankees, a connu une saison extraordinaire avec 52 coups de circuit.

Coup d'oeil sur cet article

Je ne peux trouver d’autre qualificatif qu’incroyable pour décrire la saison 2017 du baseball majeur.

C’était la première fois depuis 1970 que deux équipes ayant remporté au moins 100 victoires s’affrontaient en série mondiale. Et ce n’était que la septième fois qu’une telle confrontation avait lieu dans l’histoire des majeures.

En 2016, la longue disette des Cubs a pris fin après 108 ans de malédiction, et cette année, les Astros ont goûté au champagne des séries pour la première fois de leur histoire, soit après avoir été la première équipe à se rendre dans cette série ultime comme représentants des deux ligues majeures.

Des vedettes montantes

La saison 2017 nous a permis de découvrir le nouveau visage des vedettes montantes comme les Aaron Judge, Gary Sanchez, Charlie Blackmon et Cody Bellinger, pour ne nommer que ceux-là.

Pour la première fois depuis longtemps, aucun lanceur n’a signé 20 victoires. Toutefois, 25 frappeurs ont affiché une moyenne d’au moins ,300. Et ils ont réussi le nombre record de 6105 coups de circuit !

Il est évident que le baseball majeur ne procédera pas, dans l’avenir immédiat, à des changements radicaux, même si le commissaire n’a plus besoin de l’autorisation de l’Association des joueurs pour le faire.

Le chronomètre

Il est impérieux, si on peut accélérer le déroulement des matchs de façon réelle, de demander aux arbitres de forcer le frappeur à garder au moins un pied dans son rectangle au cours de sa présence.

Il faut abolir la perte de temps qu’entraîne l’ajustement des gants alors que le frappeur ne s’est même pas élancé.

Sans oublier qu’il faut limiter le nombre des visites du receveur ou des joueurs d’avant-champ au monticule entre deux lancers.

L’implantation d’un chronomètre dans les stades pour forcer un lanceur à effectuer un tir, lorsqu’il n’y a aucun coureur sur les buts, est impensable pour l’instant, bien qu’on l’utilise dans certaines ligues mineures.

Dans cinq ans peut-être, mais ce n’est pas pour demain.

Le baseball majeur doit sérieusement songer à limiter le nombre des joueurs admissibles pour les matchs du mois de septembre. Quitte à pouvoir compter sur une formation de 40 joueurs, une équipe devrait avoir le droit d’en utiliser seulement 30 dans une série dans le dernier mois de la saison. Avec souvent 16 ou 17 lanceurs à sa disposition, un gérant peut abuser de cette richesse pour apporter trop de changements durant un match.

Un souhait

Enfin, l’année 2017 ne pourrait se terminer sur une meilleure note que si l’on apprenait que le baseball majeur est prêt à déménager les Rays de Tampa Bay à Montréal.

Si jamais ce rêve devait se réaliser, il sera intéressant de voir le résultat de la consultation publique au sujet du financement de la construction d’un stade et il faudra aussi que les membres du consortium financier passent de la parole aux actes.

Comme on dit souvent, il faudra que les bottines suivent les babines.

Quant à vous, chers lecteurs, je veux vous remercier du fond du cœur d’avoir été, encore une fois, tout au long de la saison de baseball, fidèles à ce rendez-vous hebdomadaire.

Je souhaite de vous retrouver tous en bonne santé lorsque, pour la sixième année de suite, on ouvrira les portes du stade olympique pour voir les Blue Jays de Toronto affronter les Cards de St. Louis, les 26 et 27 mars.


Un nouveau défi pour Stairs

La réputation de Matt Stairs n’est plus à faire. Il a porté les couleurs de 12 équipes au cours d’une carrière de 19 ans dans les majeures et après avoir été analyste au réseau des Phillies, il a accepté le poste d’instructeur des frappeurs sous Pete Mackanin.

Avec l’arrivée d’un nouveau gérant à la barre des Phillies, l’ancien joueur des

Expos a décidé de mettre le cap vers San Diego à l’invitation du directeur général des Padres, à titre d’instructeur des frappeurs.

Stairs, qui est originaire des Maritimes, détient le record du plus grand nombre de coups de circuit dans le rôle de frappeur suppléant avec 23.

Les exploits de Holtzman

L’ancien lanceur des Cubs de Chicago Ken Holtzman peut se vanter d’avoir réalisé deux exploits peu ordinaires au cours de sa carrière.

D’abord, il a lancé un match sans point ni coup sûr sans avoir retiré un seul frappeur au bâton, soit contre les Braves d’Atlanta, le 19 août 1969 au Wrigley Field. Ce n’était pas un match parfait puisqu’il avait accordé trois buts sur balles.

De plus, en 1974, dans l’uniforme des A’s d’Okland, il a claqué un circuit contre les Orioles de Baltimore, lui qui ne s’était même pas présenté une seule fois au bâton durant la saison régulière.

La rapidité de Morris

Le lanceur Jack Morris a mérité le titre de joueur le plus utile à son équipe en 1991 avec les Twins du Minnesota alors qu’en trois matchs, il avait signé deux victoires avec une m.p.m. de 1,17.

Mais comme frappeur, il a une fiche peu reluisante. En 18 saisons avec les Tigers, les Twins, les Blue Jays et les Indians, il s’est présenté officiellement au bâton une seule fois, sans obtenir un seul coup sûr, mais il a marqué quatre points !

Ses gérants avaient remarqué que Morris était un bon coureur et aimaient, à l’occasion, l’utiliser comme coureur suppléant. Il a marqué trois points dans ce rôle en 1983 et un autre en 1919, avec les Tigers.

Galarraga, « le gros chat »

Au début de sa carrière, Andres Galarraga était surnommé « El Gato », mais plus tard, il a été reconnu comme étant « El Grand Gato », et en français on l’appelait « le gros chat » et avec raison avec son gabarit de 6 pi 3 po et 235 lb.

Andres a affiché la meilleure moyenne offensive de la LN avec un rendement de ,370 en 1993... a frappé le plus grand nombre de circuits avec 47 en 1996... a dominé pour les points produits avec 150 en 1996 et avec 140 en 1997 dans l’uniforme des Rockies.

Il a été le premier à mériter deux fois le trophée du retour de l’année, soit avec les Rockies en 1993 et avec les Braves en 2001.