/entertainment/opinion/columnists
Navigation

J’ai peur pour Charlie Hebdo

Coup d'oeil sur cet article

Il se passe en ce moment quelque chose de très grave en France.

Alors qu’il y a deux ans, 12 personnes mouraient dans un attentat terroriste islamiste à Charlie Hebdo, le directeur du journal considère que sa publication est aujourd’hui « condamnée à mort une deuxième fois ».

Pourquoi ? Parce que de supposés intellectuels attisent la haine contre Charlie en l’associant faussement à l’islamophobie.

Ça fait froid dans le dos.

CONDAMNÉ À MORT ?

Je vous résume l’histoire.

Le théologien islamiste Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, a fait face à deux accusations de viol et d’agressions sexuelles en novembre.

Dans la foulée de l’affaire Harvey Weinstein, en France aussi, des femmes brisent le silence. Charlie Hebdo a fait sa une en montrant Ramadan, avec une grosse érection et titrant Je suis le 6e pilier de l’islam.

Certains se sont offusqués de cette caricature. Comme si, juste parce que Ramadan est musulman, on n’avait pas le droit d’évoquer les allégations graves qui pèsent sur lui.

Comme si c’était « islamophobe » de dénoncer les inconduites sexuelles d’un théologien.

C’est comme si on traitait d’antisémites les milliers de gens qui ont dénoncé les comportements odieux de Harvey Weinstein, juste parce qu’il est juif.

Edwy Plenel, président du site d’information Mediapart, qui a longtemps été proche de Tariq Ramadan et qui affirme qu’il n’avait rien su des agissements du théologien, a carrément déclaré que la une de Charlie Hebdo « fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans ».

C’est hallucinant.

Comme l’a rapporté le journal Le Monde, entre 2005 et 2015, il n’y a que 7 % des unes de Charlie Hebdo qui portaient sur la religion. Et de celles-là, plus de la moitié visaient... la religion catholique. Seulement 1,3 % des unes se sont moquées des musulmans. En fait, Charlie Hebdo était plus obsédé par Nicolas Sarkozy ou le père et la fille Le Pen.

En associant Charlie Hebdo à une « campagne de guerre aux musulmans », les gens comme Edwy Plenel le désignent comme l’ennemi à abattre et invitent carrément les désaxés à prendre les armes pour les combattre.

Dans l’édition de Charlie Hebdo qui paraît aujourd’hui, le directeur Riss a écrit un texte déchirant, intitulé Jamais. Il précise que jamais Charlie n’a voulu faire la guerre à quiconque. Mais il considère que Plenel « condamne à mort une deuxième fois Charlie » et « indique aux djihadistes leurs futures victimes ».

TOUJOURS CHARLIE

Le 7 janvier 2015, 12 personnes ont perdu la vie dans un attentat sordide parce que des fous d’Allah étaient convaincus que Charlie détestait les musulmans. Ce qui est faux. En désignant aujourd’hui Charlie Hebdo comme étant engagé dans « une campagne de guerre aux musulmans », les gens comme Plenel lancent carrément un appel au meurtre.

Cette histoire me glace le sang. Si jamais il arrive quelque chose de grave aux artisans de Charlie Hebdo, va-t-il encore se trouver des intellos aveugles qui vont s’écrier « Ils ont couru après » ?

Il faut plus que jamais dire haut et fort : « Je suis Charlie ».

Parce que personne ne doit mourir sous les balles pour avoir exprimé son opinion. Personne ne doit mourir pour une caricature... ou une blague.