/sports/opinion/columnists
Navigation

Un chevreuil vraiment spécial

Un chevreuil vraiment spécial
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Personne ne peut vraiment prédire ce qui peut arriver lorsque l’on est en période de chasse, bien caché, à l’affût de son gibier. Chasseur aguerri, Alain Cossette de Québec l’a appris à ses dépens alors qu’il a récolté un mâle de huit pointes avec une robe assez spéciale.

« Je chasse en Montérégie depuis plusieurs années. Je n’utilise ni appât ni caméra. Je me cache à différents endroits où je peux découvrir des signes de vie du chevreuil, afin d’en surprendre un qui déciderait de passer par là. J’ai vécu beaucoup de choses dans ma vie de chasseur, mais jamais comme celle de cette saison. »

Le 5 novembre dernier, alors qu’il était à l’affût, Cossette imite le cri du mâle en rut. Il n’obtient pas de réponse, sauf qu’il entend un mâle se rapprocher et qui se frotte contre les arbres, comme le font souvent les mâles en rut. À force de scruter la forêt, il voit une forme se déplacer.

« Je me préparais à prendre le temps de vérifier cette bête qui marchait vers moi lorsque tout à coup, je vois du blanc se déplacer entre les arbres. Soudain, je le vois, avec une partie de fourrure blanche. J’étais gelé sur place quelques instants avant de me ressaisir et de le récolter. Une fois à côté de lui, j’ai réalisé que je venais d’abattre une bête exceptionnelle. »

Alain Cossette avait de quoi être surpris lorsqu’il a vu apparaître ce mâle albinos de huit pointes alors qu’il était à la chasse le 5 novembre dernier. Des chevreuils avec une telle robe sont très rares en nature.
Photo courtoisie
Alain Cossette avait de quoi être surpris lorsqu’il a vu apparaître ce mâle albinos de huit pointes alors qu’il était à la chasse le 5 novembre dernier. Des chevreuils avec une telle robe sont très rares en nature.

L’ALBINISME

Bien que cet animal présentait une robe différente, Cossette ne savait pas à quoi attribuer une telle configuration de poils sur l’animal.

Dans les faits, il s’agit d’une forme d’albinisme qui est une particularité génétique héréditaire. Les spécialistes expliquent qu’il provient d’un déficit de production de mélanines qui affecte la pigmentation du poil.

À la base, le rôle principal de la mélanine, c’est la protection contre les rayons UV. Son absence ou sa présence peut contribuer au camouflage ou au changement de couleur qui suit un changement dans l’environnement. C’est ce qui explique qu’en hiver, pour se protéger de ses prédateurs, le lièvre devient blanc.

Souvent, on croit à tort qu’un animal albinos doit être complètement blanc avec les yeux rouges. Dans les faits, il faut plutôt comprendre que c’est la forme d’albinisme la plus radicale. L’absence de pigments peut varier de partielle, ce qui est le cas du chevreuil de Cossette, à totale.

L’animal récolté par le chasseur est donc un albinos partiel, si on peut le nommer ainsi sans diminuer l’explication scientifique qui nous a été donnée. À la fin de l’histoire, il reste qu’Alain Cossette a eu la main heureuse de récolter ce chevreuil mâle adulte qui constitue une exception dans l’espèce.

UNE BONNE SAISON

Si la température continue de collaborer, il se pourrait fort bien que la récolte de chevreuils soit très élevée cet automne. Durant les journées de grand vent, les animaux sont plus nerveux, restent cachés, mais aussitôt que le tout revient à la normale, ils sortent de partout.

En fin de semaine dernière, les grands vents de vendredi, qui ont persisté samedi, ont gâché l’ouverture de la saison pour des chasseurs dans plusieurs zones. Dimanche matin toutefois, alors que la température est revenue à la normale, les chevreuils étaient au rendez-vous. Il faudra attendre le mois prochain pour avoir les chiffres finaux, mais si on se fie aux discussions que nous avons eues avec des amateurs de différentes régions, la récolte sera bonne.