/entertainment
Navigation

AG Atelier: la passion au bout des doigts

Nicholas Desharnais et Jessika Simard.
Photo jean-François Desgagnés Nicholas Desharnais et Jessika Simard.

Coup d'oeil sur cet article

Le quartier Limoilou a maintenant une nouvelle adresse pour les amateurs de bijoux et de mode. AG Atelier propose les créations de jeunes joaillières de Québec, toutes dans la vingtaine, qui s’inspirent des nouvelles tendances, tout en proposant des pièces simples et accessibles.

Ce nouveau projet d’atelier-boutique à aire ouverte est le fruit de l’imagination et surtout du travail de Jessika Simard et de son copain, Nicholas Desharnais, respectivement âgés de 25 et 28 ans. « Tout est vitré, les gens peuvent voir comment on travaille, c’est un peu comme une cuisine », explique l’artiste, qui du plus loin qu’elle se rappelle, a toujours fabriqué des bijoux pour ses amis, « pour le plaisir ».

Nicholas Desharnais et Jessika Simard.
Photo jean-François Desgagnés

Après avoir tenté en vain quelques parcours à l’université, elle revient à sa première passion : la création de bijoux. En entrant dans sa nouvelle boutique située sur la 3e avenue, on l’aperçoit d’ailleurs à l’œuvre sur une photo, alors qu’elle était haute comme trois pommes. Une dizaine d’années plus tard, Jessika Simard propose le résultat de son travail raffiné et minimaliste. Ses créations se détaillent également à prix raisonnables, soit entre 30 $ et 150 $, alors qu’elle travaille essentiellement l’argent sterling 925, « le meilleur que l’on retrouve sur le marché » et quelques pièces en or 14 K.

Nicholas Desharnais et Jessika Simard.
Photo jean-François Desgagnés

Des bijoux de tous les jours

Tous ses bracelets, colliers, boucles d’oreilles et bagues épousent son style.

« Ce sont des bijoux accessibles, simples et intemporels. Je pose des pierres, mais je n’en mettrais pas un paquet, il faut que ça reste simple », précise la jeune femme.

Nicholas Desharnais et Jessika Simard.
Photo jean-François Desgagnés

Projet de couple

Celle qui a récemment effectué ses cours de joaillerie au CFP Maurice-Barbeau de Sainte-Foy admet par ailleurs que sans l’audace de son copain, elle n’aurait jamais eu « le courage de faire le saut dans le vide ». « S’il n’avait pas été là, jamais je n’aurais eu le courage de me lancer ! Ça s’est passé vite, mais c’est à cause de lui. On ne perd pas de temps avec lui ! » lance-t-elle en riant, admettant que le métier de joaillière ne rime pas nécessairement avec sécurité d’emploi. « C’est certain que c’est un métier difficile, mais quand on y croit, ça fonctionne », indique-t-elle.

Nicholas Desharnais et Jessika Simard.
Photo jean-François Desgagnés

Ensemble, dans cette nouvelle aventure, ils se complètent. Elle crée et lui la pousse à aller plus loin. « C’est certain que les métiers d’art, c’est un environnement un peu plus hostile, dans lequel il est difficile de faire sa place, mais des bijoux, il y en aura toujours », indique Nicholas, qui a construit la boutique de ses mains, de A à Z.

Les tourtereaux ont d’ailleurs mis près de quatre mois et ont investi plus de 40 000 $ pour mettre au monde Ag Atelier, qui fait aussi place à deux autres joaillières de Québec, Michaëlle Brodeur-Paulin (Mimi Chérie) et Ann Philippe Lemieux (Upala Stone), toutes deux âgées de 26 ans. « C’est comme un rêve d’être ici. On comprend ce que les gens veulent, nous avons voyagé, on suit la mode, mais sans être trop commerciales, sans perdre notre âme », explique celle qui crée des bijoux depuis près de huit ans et qui, grâce à sa ligne de bijoux Mimi Chérie, exporte aussi loin qu’en Grèce.

  • Où : Ag Atelier, 659, 3e Avenue, Limoilou
  • Ouvert du jeudi au samedi de 9 h à 20 h.
  • agatelier.ca

La boutique ouvre parfois aussi du lundi au mercredi, selon la demande. Il suffit d’appeler avant de passer!