/finance/pme
Navigation

Une passion de trois générations

La seule machine shop encore en vie dans les Bois-Francs

St-Pierre Moteurs
Photo Caroline Lepage Après 45 ans au sein de St-Pierre Moteur, l’heure de la retraite a sonné pour Jean St-Pierre. Son fils Francis (à droite) deviendra le seul actionnaire lors de son départ à la fin de l’année.

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Un ingénieur mécanique est la troisième génération à prendre les commandes de l’entreprise fondée par son grand-père, St-Pierre Moteur, qui est la seule machine shop des Bois-Francs encore en vie.

Francis St-Pierre deviendra l’unique actionnaire de St-Pierre Moteur à la fin de 2017, lorsque son père, Jean, se retirera de l’entreprise familiale établie à Victoriaville.

Après 45 ans, l’heure de la retraite a sonné pour lui. « Je resterai pas loin », assure-t-il.

Jean St-Pierre a vu le secteur évoluer depuis que son propre père, René, a fondé le commerce, en 1958. « On travaille toujours les pièces des moteurs », explique le paternel.

Toutefois, la demande pour les automobiles a beaucoup diminué au fil des ans et l’entreprise s’est diversifiée pour desservir les secteurs industriel, agricole et récréatif.

Replacage de cylindre

Son fils a continué dans cette veine en développant, il y a trois ans, un nouveau service de replacage de cylindres pour les véhicules récréatifs. « Il y a un grand potentiel », croit-il.

En raison du coût élevé des moteurs, les propriétaires de motoneiges, motocross et autres véhicules récréatifs préfèrent réparer les composantes brisées. Comme les pièces sont petites, elles s’acheminent facilement par la poste.

Francis St-Pierre a échangé pendant plus d’un an avec un fournisseur d’Angleterre pour le convaincre de lui expliquer son « procédé secret ». Celui-ci est finalement venu passer plus d’un mois à l’atelier de Victoriaville pour encadrer sa recrue.

« Nous sommes seulement trois au Canada à offrir ce service », dit Francis.

Cet ingénieur a notamment investi 100 000 $ pour acheter une machine qui polit les cylindres, à la fine pointe de la technologie.

Aide au transfert

Francis St-Pierre a reçu l’aide de la Corporation de développement économique de Victoriaville pour le montage de son dossier afin d’obtenir du financement de Développement économique Canada.

Il a bénéficié du soutien du Centre de transfert d’entreprises, qui a favorisé le partage de connaissances entre son père et lui. Par chance, cette entreprise de cinq employés a toujours compté sur du personnel régulier et fidèle.

Selon M. St-Pierre, cette spécialité, à mi-chemin entre le machiniste et le mécanicien, ne s’apprend pas à l’école. Le plus important est d’être habile de ses mains. « Ce n’est pas un travail de répétition. Il y a tellement de sortes de moteurs. Chaque pièce est toujours différente », fait-il valoir.

La compagnie

  • Secteur d’activité : Réusinage de composantes de moteur à gaz et diesel; vente de pièces de moteurs et de tracteurs; replacage de cylindres
  • Nombre d’employés : 5
  • Siège social : Victoriaville
  • Actionnaire : Francis St-Pierre