/sports/hockey/remparts
Navigation

La solution Sutton pour relancer Kurashev

Jesse Sutton
Photo d'archives, Agence QMI Jesse Sutton

Coup d'oeil sur cet article

Si les Remparts veulent demeurer en tête de la LHJMQ au cours des prochains jours, ils auront besoin de l’apport de tous leurs éléments. Dans le but de relancer le Suisse Philipp Kurashev, au neutre depuis quelques matchs, Jesse Sutton a obtenu un vote de confiance de la part de l’entraîneur-chef Philippe Boucher.

Sutton s’entraînait aux côtés de Luke Kirwan et de Kurashev, mardi matin, à la veille du début d’une éreintante séquence de quatre parties en cinq jours qui s’amorcera mercredi au Centre d’excellence Sports Rousseau de Boisbriand.

Kurashev, un habile manieur de rondelle, n’a pas touché la cible à ses cinq dernières rencontres, ne récoltant que deux aides durant cette période, en plus d’afficher un différentiel de -2. Il ne revendique que sept buts en 24 rencontres depuis le début de la saison.

Si Kurashev connaît un passage à vide, c’est tout le contraire pour Sutton dont la constance qu’il témoigne depuis son réveil offensif survenu lors du voyage dans les Maritimes en octobre lui vaut cette promotion sur le deuxième trio des Remparts.

«Phil est probablement l’un des meilleurs tireurs de notre équipe. Par contre, il veut toujours être un fabricant de jeu, et je pense qu’avec Sutton, ça peut l’encourager à faire les deux. Phil devrait être 50-50, il ne devrait pas uniquement être un passeur. On l’a vu à Boisbriand, il a fait un boulet de canon depuis la ligne bleue. Je pense qu’avec Jesse, qui est bon pour contrôler la rondelle, ça va amener une autre dimension au jeu de Phil», a partagé le pilote des Diables rouges.

Boucher s’y attendait

À sa quatrième campagne, Sutton a déjà dépassé son nombre de points de ses précédentes récoltes saisonnières, avec 17, et sa confiance ne semble jamais avoir été aussi élevée depuis son arrivée dans la LHJMQ. Le Terre-Neuvien avait dû faire une croix sur la presque totalité de sa saison recrue en raison d’une opération à l’épaule.

«Il jouait dans les Maritimes où il n’y avait pas beaucoup de matchs, puis il a raté une année complète. J’ai toujours pensé qu’il allait prendre son envolée cette année [...] Ce n’est pas tout le monde qui l’accepterait d’aller sur la quatrième ligne, mais Jesse comprend depuis longtemps qu’il va jouer s’il joue du bon hockey. On attendait juste qu’il débloque», a souligné Boucher au sujet de son choix de troisième ronde en 2014.

Sutton reste le même

Malgré ses succès, le principal intéressé garde la tête bien froide. Sutton n’a jamais douté de ses moyens, même lorsque son temps de glace était plutôt limité.

«On a quatre bonnes lignes, peu importe qui joue avec qui. Je ne fais que de mon mieux. Oui, c’est plaisant d’avoir la confiance de l’entraîneur, mais j’ai toujours eu confiance en mes moyens. Puis, il reste encore une bonne partie à la saison, j’y vais match par match.

«Je joue à l’aile, ce qui m’a demandé un peu d’ajustement. Il faut que je me serve de ma vitesse et mon intelligence sur la glace», a mentionné le patineur de 19 ans, rappelant qu’il pouvait être employé dans différentes situations sur la patinoire.

Une intense semaine pour les Remparts

Pour Philippe Boucher, il n’y a aucun doute que les Remparts traverseront l’un des moments les plus exigeants de leur calendrier 2017-2018 à partir de mercredi soir contre l’Armada.

Les Québécois se déplaceront à Boisbriand avant d’accueillir dès le lendemain au Centre Vidéotron la visite des Saguenéens de Chicoutimi. Puis, ils passeront le week-end sur la route en se rendant à Victoriaville, samedi, et à Gatineau, dimanche. Quatre matchs en cinq jours, de quoi leur laisser peu de temps pour souffler.

«Oui, sans aucun doute, si on regarde le nombre de matchs et le nombre de kilomètres qu’on fera, et il faut compter là-dedans le match à Baie-Comeau de dimanche. C’est la semaine la plus éreintante du calendrier», a soutenu le grand patron des opérations hockey, ajoutant qu’une séquence presque aussi exténuante attend sa troupe en février.

Le duel entre Québec et les hommes de Joël Bouchard aura une fois de plus des airs de championnat puisque les deux équipes sont côte à côte au sommet, Boisbriand n’étant qu’à un point de ses rivaux de la capitale.

«Blainville est probablement la meilleure équipe de la Ligue, Chicoutimi joue très bien, ils ont une cinquantaine de tirs par match et ils gagnent depuis un petit bout. Puis, on sait ce que représente Abramov à Victoriaville, l’effet est déjà là. Et ça va être du stock à Gatineau de jouer un quatrième match en cinq jours», a émis Boucher, conscient de l’ampleur de la tâche.

Retour de Picco

Les Remparts compteront sur le retour au jeu du vétéran défenseur Andrew Picco, sur la touche depuis le 20 octobre dernier, ce qui forcera Boucher à rayer de l’alignement l’attaquant Austin Eastman, qui occupe aussi un casier de joueur de 20 ans. Boucher n’a pas voulu trop s’avancer sur la suite des choses dans le cas d’Eastman.

«On va s’informer à travers la ligue pour voir ce qui se passe. Ce n’est pas la situation idéale de faire attendre un jeune de 20 ans en dehors de l’alignement. On va régler la situation en temps et lieu.»

Plateau important pour Garneau

En endossant l’uniforme des Remparts dimanche dernier à Baie-Comeau, Olivier Garneau est devenu le 22e membre dans l’histoire de l’organisation à atteindre le plateau des 200 matchs. «Je ne regarde pas vraiment ça, je l’ai appris seulement avant le match! Cela dit, c’est le fun d’avoir joué 200 matchs avec les Remparts et c’est un honneur, d’autant plus qu’on a des chances de se rendre très loin cette année», racontait après l’entraînement celui qui a inscrit 73 points en carrière.

Se rappelle-t-il son tout premier match? «Oui, c’était à Sherbrooke et j’étais très stressé. Guillaume Gauthier, l’un des vétérans à l’époque, était venu me voir pour s’assurer que tout aille bien.» Produit du Blizzard du Séminaire Saint-François, Garneau arborait une longue chevelure lors de sa sélection en quatrième ronde, en 2014. Sur la recommandation de son nouveau patron, il avait pris soin de rafraîchir sa coupe pour le début du camp au mois d’août!