/sports/football/rougeetor
Navigation

Coupe Vanier: tout va se jouer au sol

Pour Vincent Desjardins, la rencontre contre Western va être le « premier bon défi de la saison au sol » pour Laval.
Photo Jean-François Desgagnés Pour Vincent Desjardins, la rencontre contre Western va être le « premier bon défi de la saison au sol » pour Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Les gros bonhommes de la ligne défensive du Rouge et Or de l’Université Laval seront servis à souhait samedi à l’occasion de la 53e édition de la Coupe Vanier.

Aucune équipe du RSEQ n’a vraiment tenté de s’imposer au sol cette saison face au Rouge et Or. Même chose pour les Dinos de Calgary, samedi dernier, à la Coupe Mitchell. « Concordia a tenté de le faire lors du dernier match avec l’absence de leurs deux premiers quarts-arrières, corrige le coordonnateur défensif Marc Fortier, mais ce n’était pas le même calibre même si Concordia mise sur un bon porteur de ballon. Ça va être complètement différent. Ce sont les séries éliminatoires et on doit s’adapter. »

Vincent Desjardins abonde dans le même sens. « Western va tenter de s’imposer en partant au sol et n’abandonnera pas rapidement parce que la course est leur identité, a souligné le plaqueur étoile. Ça va être un gros défi pour notre boîte défensive. Ça va être notre premier bon défi de la saison au sol parce que personne n’a essayé de s’imposer contre nous. »

« La clé sera de débuter en force et de ne pas les laisser dans leur zone de confort, de poursuivre Desjardins. Il faudra imposer notre rythme en partant et jouer comme on en est capable. Si c’est le cas, on sera capable d’avoir du succès. »

« Ça va être un match physique »

Samuel Maranda-Bizeau sera lui aussi au centre de l’action. « Leurs porteurs Joseph [Cedric] et Taylor [Alex] ont conservé une moyenne de 7, 8 verges par portée, ce qui est beaucoup, a souligné le plaqueur de première année. Ils sont dangereux quand ils franchissent la ligne de mêlée. L’objectif est de les limiter à une ou deux verges par portée. Tous leurs porteurs sont vraiment bons. »

« Leur ligne offensive est moins grosse que celle de Calgary, mais elle est solide et ça va être un match physique, d’ajouter le produit du CNDF. J’aime pas mal les parties où le jeu au sol est privilégié et quand ça brasse. »

Fortier s’attend à une bonne performance de ses deux gaillards. « Ils vont avoir un gros mot à dire et ils le savent, a indiqué le coordonnateur défensif lavallois. Ils sont prêts à ça. Ils ont relevé d’autres défis quand c’était le temps au cours de la saison. »

Desjardins et Maranda-Bizeau sont conscients qu’ils devront aussi avoir à l’œil le quart-arrière Chris Merchant qui peut causer des maux de tête aux défensives adverses avec ses jambes.

« C’est un bon coureur qui a obtenu une moyenne de 60 verges par partie, a indiqué Desjardins. Il possède une bonne vitesse. Il fait du zone read et ce n’est pas à négliger. Dans le RSEQ, les équipes n’osaient pas contre Mathieu Betts. Il faudra être vigilant parce qu’il ne demeure pas dans la pochette comme Adam Sinagra le faisait la semaine dernière. »

« Il faudra écraser la pochette afin que le quart-arrière ne puisse pas déborder, de renchérir Maranda-Bizeau. C’est moins stressant pour nous parce que Mathieu Betts et Edward Godin sont capables de contenir le quart-arrière. »

Après un entraînement au PEPS en matinée, le Rouge et Or a quitté Québec en autocar, mercredi midi, en direction de Hamilton. Un premier entraînement est prévu cet après-midi au domicile des Tiger-Cats.

«Nos gars ne sont pas intimidés», assure Marc Fortier

Le Rouge et Or a quitté Québec en autocar, mercredi midi, en direction de Hamilton.
Photo Didier Debusschère
Le Rouge et Or a quitté Québec en autocar, mercredi midi, en direction de Hamilton.

 

Marc Fortier ne se laisse pas démonter par les chiffres astronomiques de l’offensive des Mustangs de Western qui a marqué 222 points en trois parties des séries éliminatoires.

« Nous sommes l’autre champion et on mérite amplement de se retrouver sur le même terrain qu’eux, a débité le coordonnateur défensif du Rouge et Or de l’Université Laval. Nos gars ne sont pas intimidés. C’est difficile de comparer quand tu n’as jamais affronté une équipe. Ce n’est pas facile d’évaluer le talent et le calibre sur vidéo. C’est une équipe qui a perdu contre Laurier l’an dernier avant qu’on batte les Golden Hawks en demi-finale canadienne. Je ne fais toutefois pas de règle de trois. »

Un départ primordial

Afin d’afficher ses couleurs rapidement, le Rouge et Or devra connaître un bon départ selon Fortier. « Le départ sera important. Comme c’est une équipe qui aime contrôler l’horloge avec son attaque au sol, on ne pourra pas se permettre d’accorder des séries de huit à dix jeux sinon notre offensive ne sera pas en mesure de prendre son rythme. L’objectif est que la défensive se retrouve rapidement sur le banc. Il faudra limiter les gains au premier essai. »

En Alex Taylor, le Montréalais Cedric Joseph et le Gatinois Yannick Harou, les Mustangs misent sur trois excellents porteurs de ballon et le quart-arrière Chris Merchant peut également courir avec le ballon.

« Il est capable de courir et il représente une menace dont il faudra tenir compte, a indiqué Fortier. Il y a des jeux qui sont dessinés pour lui. Leur quart-arrière joue le zone read et il faudra être alerte. On ne voit pas ça autant au Québec et pas de la façon dont Merchant le fait. Il est à l’aise. »

Depuis le début des séries éliminatoires, les Mustangs ont couru le ballon 70 % du temps. « Les chiffres sont biaisés parce qu’ils ont pris de considérables avances et qu’ils ont beaucoup couru en deuxième demie, mais leur identité est la course. En saison, ce pourcentage passe à 55 %. Ça va brasser et tous nos joueurs, même les petits, devront se mettre le nez