/news/society
Navigation

Manifestations à Québec: arrêté de façon «abusive» et «outrancière»

Le peintre Luc Archambault dénonce certaines arrestations faites par les forces de l’ordre

Manifestations à Québec: arrêté de façon «abusive» et «outrancière»
Photo Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

Le peintre Luc Archambault affirme avoir été victime d’une arrestation «abusive» et «outrancière» lors des manifestations qui se sont déroulées hier près de la colline Parlementaire. Il soutient n’être lié d'aucune façon à l’un ou l’autre des groupes de protestataires.

L’homme de 63 ans se rendait à la fontaine de Tourny, devant l’Assemblée nationale, pour prendre part à la «Vigile du samedi pour la démocratie», un événement hebdomadaire qu’il a lancé il y a de cela sept ans. «C’était la 351e édition ce samedi», précise-t-il.

Cette «vigile» n’a cependant jamais eu lieu.

«J’ai stationné mon véhicule comme à l’habitude. Quelques minutes plus tard, je vois arriver un groupe de gens dans la rue. Des manifestants, mais qui circulaient normalement. J’ai continué mes affaires», raconte M. Archambault. Il avait, dit-il,  «entendu parler» des manifestations devant avoir lieu samedi.

«Au bout de trois minutes, j’ai vu débarquer, du côté de la Grande Allée, les antiémeutes, qui se sont mis à renverser les manifestants paisibles qui étaient là. Je ne savais pas quoi faire. Ils ont arrêté Gisèle, une femme de 65 ans qui est avec nous. Ils lui ont mis les menottes dans le dos et l’ont jetée par terre, dans la gadoue», relate M. Archambault, qui a lui aussi été arrêté quelques minutes plus tard.

Appréhendé en début d’après-midi, il n'a recouvré la liberté qu’en milieu de soirée. L’artiste garde un souvenir pénible de son passage au poste.

«J’ai été mis en cellule. Ç’a pris une bonne heure et demie, au froid. Ils laissaient les fenêtres ouvertes dans le corridor, malgré le fait qu’on leur demandait des couvertures», raconte-t-il.
 

«Je suis arrivé et il n’y avait aucun barrage, aucune voiture de police. Je n’avais aucune indication que c’était un endroit prohibé ou quoi que ce soit», se plaint le sexagénaire.

Ce manifestant arborait un drapeau antifasciste.
Photo Annie T. Roussel
Ce manifestant arborait un drapeau antifasciste.

«Tolérance zéro»

Luc Archambault dénonce les arrestations «abusives» et «outrancières» auxquelles ont procédé les policiers. Il raconte avoir été témoin d’au moins trois arrestations de ce type.

«Il faut que ce soit civilisé et qu’il y ait un certain discernement», plaide-t-il. «On a été arrêtés pour attroupement illégal au criminel. Ils m’ont même lu quelque chose comme quoi j’étais masqué.»

Luc Archambault dit envisager sérieusement de porter plainte contre le Service de police de la Ville de Québec.
 

«Je lisais Le Journal de Québec et je voyais que ce serait tolérance zéro pour la casse. Mais ça, ça vient avec tolérance zéro pour l’abus et la brutalité», croit-il.

Les policiers ont procédé à des arrestations lors des manifs d’hier.
Photo Agence QMI, Guy Martel
Les policiers ont procédé à des arrestations lors des manifs d’hier.

En plein cœur du tumulte

La fontaine de Tourny, aux abords de laquelle M. Archambault prend part à des rassemblements pacifiques depuis des années, a été au cœur d’un face-à-face tumultueux entre les policiers et les manifestants antifascistes.

Ces derniers se sont réunis en fin de matinée à l’occasion d’un rassemblement devant le parlement.

«On se rassemble pour avoir une voix claire à Québec, une voix antiraciste. On ne veut pas que des gens comme [les membres de] La Meute et Storm Alliance se promènent dans les rues de Québec [en toute] impunité, sans qu’il y ait des gens qui s’opposent clairement à ce genre de discours», a déclaré le porte-parole du rassemblement CO25, Simon Pouliot.

Le rassemblement a fait place à une contre-manifestation organisée par des gens qui s'opposent aux groupes identitaires La Meute et Storm Alliance.

Les policiers antiémeutes ont dû refouler les contre-manifestants jusqu’à l’autre côté de la fontaine de Tourny, non sans heurts. C’est à ce moment que la tension a monté d’un cran, des échanges physiques ayant eu lieu sur la ligne de front. Les policiers ont alors dû recourir au gaz lacrymogène.

«J’étais derrière une banderole et je retenais mes camarades pour ne pas qu’ils se fassent pousser par la police. Ils nous ont poivrés à plusieurs reprises», raconte un contre-manifestant, les yeux rougis par le poivre de Cayenne.

Alors que la manifestation des groupes identitaires progressait vers la fontaine, les contre-manifestants se sont repliés à quelques centaines de mètres de là, sur les plaines d’Abraham. Un repli tactique pour éviter d'être pris en souricière par une escouade antiémeute de la Sûreté du Québec qui arrivait par-derrière, explique un contre-manifestant.
 

Les protestataires antifascistes se sont finalement dispersés, tandis que la manifestation des groupes La Meute et Storm Alliance se poursuivait dans un calme relatif sur le boulevard René-Lévesque.

Un autre manifestant antifasciste a quant à lui montré son postérieur aux représentants du groupe identitaire Atalante.
Photo Annie T. Roussel
Un autre manifestant antifasciste a quant à lui montré son postérieur aux représentants du groupe identitaire Atalante.

Martin Coiteux louange le travail des policiers

Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux s’est dit satisfait du travail des policiers qui ont dû intervenir dans les manifestations d'hier à Québec.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a procédé à plus d’une quarantaine d’arrestations près de la colline Parlementaire.

«Les forces de l’ordre font le travail qu’elles doivent faire. Je pense que vous avez bien constaté une chose, aujourd’hui: elles sont bien déployées, elles assurent la sécurité des personnes. Elles font un excellent travail et je les félicite», a déclaré le ministre en marge du congrès du Parti libéral qui se tient au Centre des congrès de Québec, à quelques pas de l’endroit où ont eu lieu les manifestations.

«Répression adéquate»

Les manifestations opposaient les groupes identitaires La Meute et Storm Alliance aux militants antifascistes et antiracistes.

«Tout groupe qui outrepasse son droit légitime de manifester et qui peut potentiellement commettre des gestes de violence, notamment, il doit y avoir une répression adéquate, mesurée. C’est ce qu’on [a vu hier]», a indiqué Martin Coiteux.

Le ministre ne s’est toutefois pas risqué à comparer la façon dont ont été encadrées les manifestations d’hier et les méthodes employées lors de celles du mois d’août, qui avaient été le théâtre de plusieurs débordements.

– Avec la collaboration de Marc-André Gagnon