/news/currentevents
Navigation

Il perd en partie la vue après une chirurgie dentaire

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de St-Narcisse-de-Beaurivage qui a désormais «une cécité permanente de son œil droit» poursuit pour 380 000 $ un chirurgien buccal et maxillo-facial de Lévis qui aurait «omis de divulguer à son patient» les risques sérieux liés à une «correction dentaire».

En octobre 2014, l’homme a consulté le chirurgien qui lui a proposé d’effectuer la correction dentaire en plusieurs étapes. Toutefois, lors de cette consultation, le médecin aurait omis de dire au patient que des risques sérieux étaient liés à l’intervention, comme celui d’un arrêt cardiaque, «le risque d’atteinte permanente à la vision et le risque de décès».

Un mois plus tard, à la suite de la première intervention, l’homme a été opéré sous anesthésie générale et, à son réveil, il a «constaté une perte de vision complète à l’œil droit».

Ce ne serait qu’à ce moment que le chirurgien a mentionné que l’intervention comportait un risque de «désastreuse complication de cécité de l’œil droit complète avec atteinte oculomotrice», est-il écrit dans la requête déposée en Cour supérieure, chambre civile.

C’est également à ce moment que le patient a appris que, durant l’intervention, «son cœur s’était arrêté pendant près de 20 secondes et qu’un massage cardiaque avait été pratiqué» sur lui.

Selon le poursuivant, le chirurgien «a failli à son obligation d’information» en omettant de divulguer tous les risques connus «et importants inhérents à l’intervention projetée».

«Ces risques, bien que rares, devaient être dévoilés (...) compte tenu de la gravité des conséquences qu’ils entraînent», peut-on lire.

L’homme, qui aujourd’hui a perdu sa vision en trois dimensions, est encore «incapable d’accepter cette perte et la situation lui cause beaucoup «de stress, d’anxiété, de nervosité, de colère et de frustration».

Au surplus, l’homme de 52 ans souffre de «douleurs à l’œil droit, de maux de tête fréquents, de nausées et de vertige».