/news/politics
Navigation

Jugé trop masculin, le mot patrimoine est gommé par Québec solidaire

Manon Masse
Photo d'archives Simon Clark La députée de Québec solidaire Manon Massé

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire raye de son programme le mot «patrimoine», qu'il juge trop masculin, et souhaiterait également que les pouvoirs publics le remplacent par «héritage culturel».

«C’est un mot qui dans sa racine réfère à une forme de présence et de domination du masculin. L’héritage culturel, c’est autant les hommes que les femmes qui nous l'ont laissé», explique la députée Manon Massé en entrevue avec le Bureau parlementaire.

Le parti politique de gauche se réunira samedi et dimanche prochains à Montréal pour adopter sa plateforme électorale en prévision des élections générales de 2018. Dans la section sur la culture, on raye carrément le mot patrimoine pour le remplacer par «héritage culturel».

Dans le document, on précise que «le terme "patrimoine" est un mot issu du patriarcat et que "héritage culturel" n’a pas cette connotation». La définition de l’UNESCO du patrimoine est pourtant beaucoup plus large et stipule que «le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir».

Le mot provient toutefois du latin «patrimonium», soit «héritage du père». «Le Québec est capable de se mettre au-devant de la musique. Patrimoine c’est en ligne directe vers le père. L’utilisation des mots, ça finit par, comment dire, agir sur notre esprit», explique la députée Massé.

Elle espère d’ailleurs que ce geste va «percoler» dans les autres partis politiques et ailleurs au Canada, en pensant par exemple à Patrimoine Canada, le ministère de Mélanie Joly. Un débat semblable frappe la France alors que le groupe Europe Ecologie-Les Verts au Conseil de Paris a proposé de renommer la journée du patrimoine «Journées du Matrimoine et du Patrimoine».

Interdiction de l’exploration de pétrole

Québec solidaire a plusieurs autres propositions «sur le plancher», qui seront soumises aux votes des membres. On propose de carrément prohiber l’exploration et la production des énergies fossiles et de l’uranium au Québec.

Une mesure promet l’opposition à tout transport de pétrole de schiste, de gaz de schiste ou de pétrole des sables bitumineux au Québec. Le Québec pourrait-il condamner le fret de pétrole sur le Saint-Laurent ou le déplacement par train des produits pétroliers de l’Alberta? «Il faut toujours voir que le programme de QS est fait dans une perspective de pays indépendant», explique Manon Massé.

Cela voudrait également dire que Gaz Métro ne pourrait plus s’approvisionner aux États-Unis en gaz de schiste pour se tourner vers le biogaz, plus coûteux.

Des membres de QS souhaitent aussi interdire la publicité et le recrutement des forces armées dans les CÉGEPS et les universités, et d’autres vont proposer un revenu minimum garanti de 13 100 $. On précise que «les revenus d’emploi seront en partie conservés, environ 50 %».


Des propositions de QS qui passeront au vote en fin de semaine

  • Interdiction de la publicité et du recrutement des forces armées dans les CÉGEPS, universités et écoles secondaires.
  • Création d’une commission permanente d'enquête sur la corruption dans l'octroi des contrats publics, des mandats gouvernementaux et des nominations politiques.
  • Interdiction d’exploiter ou même d’explorer pour trouver des énergies fossiles
  • Création d’un Fonds culturel du Québec qui sera tenu de respecter la parité homme femme, l’équité entre les générations ainsi que la représentation des autochtones, de la communauté anglo-québécoise et des minorités culturelles
  • Créer une banque publique
  • Indemnité de licenciement (2 % du salaire annuel brut, plus 1 % par année supplémentaire) payée par le patron pour toute personne licenciée après un an de service continu