/entertainment/shows
Navigation

Mario Pelchat enchante ses fidèles

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

À défaut d’être devenu le temple du hockey des Nordiques, le Centre Vidéotron s’est transformé en cathédrale où, dans une ambiance propice au recueillement, ont résonné les chants chrétiens de Mario Pelchat et ses huit prêtres du diocèse de Québec, vendredi soir.

À n’en point douter, Mario Pelchat a touché une corde sensible en enregistrant les albums Agnus Dei et Noël ensemble.

Non seulement les deux disques se sont hissés en tête des ventes à leur sortie, mais ils étaient près de 6500 fidèles, une foule au-delà de toutes les espérances, à se laisser bercer par les relectures de Pelchat des Gethsemani, Comme on fait son jardin et toutes ces pièces d’une autre époque qu’il a ressuscitées durant la dernière année.

« J’hallucine », a lancé l’artiste du Lac Saint-Jean, qui se produisait pour la première fois dans un amphithéâtre de cette taille.

« Je suis estomaqué de vous voir. [...] Si on m’avait dit il y a un an que je jouerais dans un amphithéâtre, jamais je n’y aurais cru. »

Force de frappe

Pour cette première, Mario Pelchat a mis le paquet. En plus de ses huit prêtres fortement acclamés (à en juger par les réactions, l’abbé Jimmy Rodrigue était clairement celui qui comptait le plus de paroissiens dans la salle), il misait sur une partie de l’Orchestre symphonique de Québec, la chorale Expérience Gospel et une liste d’invités assez fournie comprenant Joe Bocan et ses protégés, Les 2 frères.

À l’exception de Allez sur les places, cette force de frappe a été utilisée avec parcimonie durant la première partie.

Alternant entre anecdotes et pièces du répertoire ecclésiastique, c’est un Pelchat solennel et très habité qui a occupé le centre de la scène divisée en trois paliers.

Messe de minuit avant le temps

Le concert a pris du coffre quand on a basculé dans les chants de Noël, au retour de l’entracte. Avec la crèche et les rois mages qui sont apparus, on se croyait à la messe de minuit, avec un mois d’avance.

C’est là qu’on a eu les moments les plus émouvants. On pense à cet Adeste Fideles, mené avec aplomb par Sophie-Rose Boulanger, une gradée de La Voix. Très juste aussi le travail sans filet des prêtres pour Dans cette étable.

Auparavant, Bocan avait fort bien défendu Venez divin Messie et on doit aussi relever le Quel est l’enfant que Cindy Daniel a livré de belle manière au milieu de la foule, dans la section 112.

Minuit chrétien

Par contre, il aurait peut-être fallu oublier la pause avant le rappel. Plusieurs spectateurs avaient déjà quitté ou se trouvaient dans les escaliers quand Mario Pelchat a entonné le fameux Minuit chrétien, un incontournable qui n’a rien perdu de sa puissance.

Plusieurs ont vite rebroussé chemin. Après tout, ce sera sûrement l’une des rares fois qu’on entendra ce classique des Fêtes au Centre Vidéotron.

Et sûrement la seule et unique fois qu’on verra le cardinal Gérald Cyprien Lacroix monter sur scène pour donner à Mario Pelchat la permission de partir en tournée avec les prêtres, à la condition « de les ramener à temps pour la messe de minuit ».