/misc
Navigation

Chroniqueurs: le mandat «de confronter les gens»

La diversité d’opinions au cœur de l’identité du Journal

Les chroniqueurs du Journal de Québec Rémi Nadeau, Claude Villeneuve, Jérôme Landry, Jonathan Trudeau et Karine Gagnon.
Photo Stevens Leblanc Les chroniqueurs du Journal de Québec Rémi Nadeau, Claude Villeneuve, Jérôme Landry, Jonathan Trudeau et Karine Gagnon.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Le Journal de Québec fête ses 50 ans, l’opinion a plus que jamais une place de choix dans ses pages. Une équipe de chroniqueurs basée dans la capitale profite de cette tribune privilégiée qu’ils détiennent pour faire valoir leurs points de vue et brasser des idées en jouissant, soulignent-ils tous, d’une grande liberté.

« C’était le souhait de Pierre Péladeau que Le Journal n’ait pas de ligne éditoriale. Selon lui, ce n’était pas le travail d’un journal de dire aux gens pour qui voter », rappelle Claude Villeneuve, chroniqueur et nouvellement directeur des Opinions au Journal.

Ainsi, « la diversité des points de vue » est au cœur de l’identité du quotidien. « C’est ça, la ligne éditoriale du Journal de Québec », indique celui qui s’est intéressé à l’actualité, adolescent, en lisant dans le Journal les chroniques de Pierre Bourgault, Franco Nuovo et Normand Girard.

Rôle important à jouer

Dans une ville comme Québec, où les citoyens ont soif de débattre, l’opinion répond d’autant plus à un besoin. « Notre mandat, c’est de confronter les gens, de les forcer à réévaluer leur propre opinion », soulève Claude Villeneuve, qui a auparavant travaillé en politique.

Et lors de certains événements marquants, l’opinion a un rôle important à jouer, fait-il remarquer. « Notre rôle, aussi, est de parler au nom des gens. Lors de l’attentat à la grande mosquée de Québec, énormément de gens voulaient dire : “ce n’est pas ça, Québec”, cite-t-il en exemple. Et on peut aussi nommer la douleur et la frustration ressenties par la population. »

Tant sur la colline parlementaire qu’à l’hôtel de ville, les chroniqueurs qui y sont attitrés souhaitent, par leur plume, permettre aux lecteurs d’être encore plus informés.

« Moi, ce que je souhaite, c’est faire connaître mon point de vue, mais j’ai à cœur d’ajouter des éléments d’information nouveaux qui, des fois, ne se disent pas vraiment dans un texte de nouvelles », explique Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, qui signe une chronique depuis le printemps dernier.

Une certaine influence

En bout de piste, les chroniqueurs peuvent même avoir une certaine influence sur les acteurs politiques. « Le fait d’analyser et d’aller plus loin, ça peut permettre aux élus d’anticiper comment c’est perçu, jusqu’où ils peuvent aller, souligne Karine Gagnon, adjointe au directeur de l’information et chroniqueuse au municipal depuis cinq ans. Ça leur permet certainement de prendre le pouls », affirme celle qui écrit environ 150 textes chaque année.

Impact « majeur »

L’impact que peuvent avoir des chroniques, estiment Jérôme Landry et Jonathan Trudeau, est « majeur ». « Tu vois, ma chronique de cette semaine sur La Meute, où je les remets en question et je les plante un peu, partout où je vais, j’en entends parler », raconte Jérôme Landry, animateur à ÉNERGIE 98,9, qui signe une chronique hebdomadaire depuis six ans.

« C’est une liberté que j’adore. Dans toutes les occupations que j’ai eues, il y a jamais rien qui m’a procuré autant de satisfaction que ça, sincèrement », soutient pour sa part Jonathan Trudeau, qui a notamment occupé plusieurs postes en communications au sein du Parti libéral du Québec avant de travailler pour différents médias.

 

CE QU’ILS ONT DIT...

« Je peux dire ce que je pense sans calculer ce que, par exemple, un patron pourrait penser. On a beaucoup de liberté et je trouve que ça renforce notre crédibilité. »

- Rémi Nadeau


« Il y a beaucoup de fidélité des lecteurs. [...] Certains vont nous écrire en mettant en contexte les choses qu’on a déjà écrites, ce qui nous force à un devoir de cohérence, ce qui est très bon. »

- Claude Villeneuve


« Après six ans à avoir ma chronique, je considère ça encore comme un énorme privilège. Dans ma semaine de travail, c’est ce qui me sort le plus de ma zone de confort, et j’aime ça. »

- Jérôme Landry


« Ce qui est fantastique, c’est de pouvoir vraiment livrer le fond de sa pensée. De le faire de façon colorée, divertissante, mais aussi de façon respectueuse et rigoureuse. »

- Jonathan Trudeau


« La chronique, c’est aussi interpréter ce qu’un tel projet, un tel règlement ou une telle volonté va signifier et ce que ça va changer concrètement dans la vie des gens. »

- Karine Gagnon

 

Chroniques marquantes

Le Journal a demandé à chacun des cinq chroniqueurs d’identifier une de leurs chroniques marquantes, parce qu’elle aura suscité beaucoup de réactions, ou parce que le sujet les touche particulièrement. Voici les liens vers chacune de ces chroniques.