/news/provincial
Navigation

Bâtiment délabré: des changements réclamés dans Saint-Sauveur

«Visuellement c’est une poubelle. Tu sors de chez vous et tu as l’impression de regarder un conteneur, des déchets», a affirmé un résident du secteur, Ryan Murphy.
PHOTO JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS «Visuellement c’est une poubelle. Tu sors de chez vous et tu as l’impression de regarder un conteneur, des déchets», a affirmé un résident du secteur, Ryan Murphy.

Coup d'oeil sur cet article

Le bâtiment vétuste de la rue Hermine dans le quartier Saint-Sauveur frustre énormément les résidents du secteur qui travaillent fort afin de participer à la revitalisation des rues. 

«J’ai vu des enfants aller là, jouer. Et, premièrement, visuellement c’est une poubelle. Tu sors de chez vous et tu as l’impression de regarder un conteneur, des déchets», a affirmé Ryan Murphy, qui habite une maison qu’il a complètement rénovée il y a dix ans. «Il y a aussi un stationnement avec des voitures qui n’ont pas leur place là. J’ai vu des gens y réparer des véhicules et faire des changements d’huile».

Il se bat à la Ville afin que cesse cette mascarade. «L’été, des gens squattent le lieu», a-t-il mentionné.

Lundi matin, Le Journal dévoilait que la Ville de Québec avait dans sa ligne de mire quatre propriétaires qu’elle désire expulser afin de démolir ou acquérir leur bâtiment délabré. Celui de l’immeuble abritant les propriétés du 539 au 541 de la rue Hermine fait partie du lot.

«Ridicule»

Dans ce secteur, les propriétaires et les constructeurs doivent respecter les nombreux règlements afin de rénover ou construire de nouvelles résidences. Or, l’administration municipale permet que des immeubles délabrés, placardés ou même incendiés enlaidissent la ville, critique-t-il.

«Partout sur Aqueduc il y a des vitres placardées», a indiqué le citoyen qui a déposé une plainte à la Ville contre ce bâtiment. On lui aurait dit que la Ville n’avait aucun pouvoir.

En juin dernier, il y a eu un incendie dans le bâtiment de la quincaillerie situé au coin de la rue de l’Aqueduc et de la rue Franklin. Depuis, tout est placardé et rien ne bouge. «Ils font quoi? Ils dorment sur la switch?», se demande le citoyen.

Aussi, une vitre de l’imprimerie qui se trouve tout près est également placardée depuis un an. «La fenêtre est cassée depuis plus d’un an et c’est un panneau de veneer qui fait la devanture», a décrit le jeune père de famille, qui demande à la Ville d’agir.

Aussi, un propriétaire qui a fait des rénovations a décidé de ne pas compléter sa devanture extérieure depuis de nombreux mois. «C’est ridicule», dit-il, alors que cette rue relie la haute ville et la basse ville. Des constructeurs affichent des projets, creusent des trous, et finalement disparaissent.

«Il y a un des trous et c’est mal clôturé. Ça va faire un an sur la rue Hermine un peu plus loin. Il a juste creusé un trou et il a laissé deux palettes de brique. C’est tout. C’est dangereux, on parle de quatre pieds et des enfants peuvent jouer là-dedans. Ça n’a pas d’affaire, ça devrait être nivelé. Même chose au coin de la rue Franklin, c’est là depuis 2014», a-t-il pesté.